«Cendrillon»: Lily James donne un coup de jeune au personnage légendaire

CINEMA L'adaptation est signée Kenneth Branagh...

Caroline Vié

— 

Lilly James et Richard Madden dans Cendrillon
Lilly James et Richard Madden dans Cendrillon — Walt Disney Picture

Lily James revisite le rôle-titre du personnage de Cendrillon, dans cette adaptation fidèle du conte signée Kenneth Branagh. Pas question pour la Lady Rosie MacClare de la série Downton Abbey de jouer la potiche tout juste capable de perdre son soulier dans les escaliers. La jeune comédienne de 25 printemps a confié à 20 Minutes comment elle s'y est prise pour faire subir une cure de jouvence à son personnage.

>> Cendrillon star de la Berlinale, c'est par ici

 

En ne se souciant pas trop de son apparence

Cendrillon a eu des malheurs. Elle a perdu sa maman et sa belle-mère (Cate Blanchett, toxique à souhait en marâtre) l'a collée au ménage. Elle n'a pas le temps de passer des heures à se looker devant son miroir.

«Kenneth Branagh et moi avons souhaité qu'elle soit le plus naturelle possible. C'est d'ailleurs parce que je n'avais pas l'air apprêté au casting qu'il m'a confié le rôle. Je pensais alors que j'allais jouer l'une des méchantes belles-sœurs».

En se montrant énergique et féminine

Cendrillon bosse comme une folle à décrasser la maison de sa belle-mère et de ses filles à la fois malveillantes et championnes du boxon toutes catégories.

«Cendrillon a un grand cœur et c'est ce qui la rend unique mais les spectateurs d'aujourd'hui ne veulent plus de princesses victimes. Elsa dans La reine des neiges a démontré que les filles fortes ont la cote».

En se faisant désirer

Qui dit Cendrillon dit prince charmant. C'est Richard Madden qui s'y colle et qui a bien du mal à attraper la délicieuse future princesse.

«Bien sûr, Cendrillon va tomber dans ses bras mais elle n'attend pas vraiment après lui. Nous avons tenu à lui donner une petite touche féministe que n'avait pas la version Disney animée de 1950».

En ne se laissant pas marcher sur les pieds

Tradition oblige, on n'échappera pas à la magnifique robe de bal conçue par Marraine-la-fée, jouée par Helena Bonham Carter.

«Dès que je bougeais avec cette robe, je déclenchais un tsunami tant elle était lourde. Mon principal souci était que Richard Madden ne me marche pas dessus quand nous évoluions ensemble. Nous aurions pu nous étaler de façon fort peu élégante».

En étant un modèle pour les fillettes

Malgré l'adversité, cette Cendrillon ne manque pas de peps et c'est ce qui fait son charme.

«Quad on tourne un film comme celui-ci, on se dit que de nombreuses fillettes vont pendre l'héroïne pour modèle. Il est donc important de ne pas faire n'importe quoi. Je suis fière cette Cendrillon».