«Anton Tchekhov 1890»: Le portrait impressionniste d'un auteur mythique

CINEMA René Feret signe un film délicat autour d'un homme de lettres mythique et humaniste...  

Caroline Vié

— 

Lolita Chammah et Nicolas Giraud dans Anton Tchékhov 1890
Lolita Chammah et Nicolas Giraud dans Anton Tchékhov 1890 — JML Prouductions

René Féret plonge avec sa délicatesse habituelle dans la mélancolie d'un grand écrivain, médecin des corps et fin analyste de l'âme humaine. Anton Tchékhov 1890 fait résonner une musique délicate digne de l'œuvre de cet écrivain au cœur en hiver et aux écrits brillants.

Une belle histoire de famille

Depuis Nannerl, la sœur de Mozart (2010), le réalisateur se penche avec autant de délicatesse que de talent sur le processus créatif. Il offre ici des rôles magnifiques à Nicolas Giraud et Lolita Chammah et s'entoure de sa femme productrice et monteuse ainsi que de ses filles comédiennes pour poursuivre son œuvre tout en sensibilité. Dans un paysage cinématographique de bruit et de fureur, Anton Tchekhov 1890 rappelle que le cinéma peut être aussi affaire d'artisanat familial. Cela fait un bien fou.