«A la folie»: Visite d'un asile psychiatrique chinois

CINEMA Ce documentaire fleuve plonge dans l'horreur glaciale d'un établissement psychiatrique chinois...  

Caroline Vié

— 

A la folie
A la folie — Acacias Films

C'est le quotidien des patients d'un asile psychiatrique que fait découvrir Wang Bing dans A la folie. Le réalisateur de A l'ouest des rails et des Trois sœurs du Yunnan est parvenu à faire oublier sa présence à ces hommes malades réels ou opposants au régime enfermés en raison de leurs idées dissidentes.

Hôpital ou prison?

Il semble impossible d'imaginer que des soins utiles soient administrés aux malheureux enfermés dans cette institution où on les abrutit à grands coups de médicaments. Même les rares retours en familles de certains ne leur apportent pas le moindre réconfort tant ils sont en marge, incapable de se réadapter à une vie normale. L'impression sordide qui se dégage de cet établissement laisse le spectateur assommé devant tant de misère humaine concentrée entre des grilles et des murs infranchissables. Ce documentaire de près de quatre heures donne vraiment l'impression de vivre avec des «fous» résignés à leur rôle de rebuts d'une société qui ne sait pas quoi faire d'eux...