«Le dernier coup de marteau» est le premier rôle d'un futur grand acteur

CINEMA Alix Delaporte révèle le jeune Romain Paul, primé à Venise, dans cette belle histoire d'initiation...

Caroline Vié

— 

Gregory Gadebois et Romain Paul dans Le dernier coup de marteau
Gregory Gadebois et Romain Paul dans Le dernier coup de marteau — Lionceau Film/Pyramide

Alix Delaporte a du nez pour débusquer les acteurs. Après avoir offert des rôles en or à Clotilde Hesme et Grégory Gadebois, tous deux lauréats d'un César en 2012 pour Angèle et Tony, la réalisatrice récidive dans Le dernier coup de marteau où elle révèle Romain Paul, treize ans au moment du tournage...

Comme une évidence

A peine avait-elle vu l'essai du jeune homme que la réalisatrice a su qu'il était Victor, gamin en quête de repères, trouvant un nouveau sens à sa vie en découvrant son père, chef d'orchestre réputé. «Romain a été une évidence, se souvient-elle. Sa façon de marquer un silence avant de dire une réplique, comme s'il se donnait le temps de réfléchir, prouvait qu'il comprenait le texte à fond». Une rencontre avec Romain Paul puis avec sa famille a achevé de convaincre Alix Delaporte. «J'ai su que je pourrais compter sur lui quand il m'a dit «Je veux défendre Victor», dit-elle. Il n'a pas hésité à se déchirer pour emmener le personnage jusqu'au bout.»

Découvrir le métier d'acteur

Romain Paul s'est initié au métier de comédien face aux excellents Grégory Gadebois en papa freinant des quatre fers à l'idée d'avoir un fils et Clotilde Hesme, maman solitaire et fragile. «Un jour, j'ai demandé à Romain de penser à sa propre mère pendant une scène et cela l'a choqué car il avait l'impression de tricher, explique la réalisatrice. C'est là qu'il a compris ce qu'était le fait de jouer la comédie. Il disait alors qu'il n'allait pas y arriver.» Chaque scène le révèle vibrant de naturel quand il découvre la Symphonie n°6 de Malher qui a inspiré le titre du film ou qu'il tente d'apprivoiser son géniteur bourru. «Il a le côté écorché vif de River Phoenix», explique Alix Delaporte.

Une première performance récompensée

Le jury de la Mostra de Venise présidé par le compositeur Alexandre Desplat (qui vient d'être Oscarisé pour The grand Budapest Hotel) ne s'y est pas trompée. «Si je l'ai aidé à préparer son discours de remerciements, c'est lui tout seul qui eu l'idée d'aller saluer chaque membre du jury», s'amuse Alix Delaporte. Depuis le jeune homme, aujourd'hui âgé de quinze ans, a repris ses études qu'il n'envisage pas d'abandonner. «L'expérience lui a plu mais il a aussi d'autres projets en tête auxquels il a le temps de réfléchir». Il est certain que le public du Dernier coup de marteau n'est pas près d'oublier le regard de cet ado sensible. On attendra le temps qu'il faudra pour le revoir à l'écran...