La face cachée des Oscars en cinq chiffres

CINEMA La cérémonie, qui se tient dimanche à Los Angeles, récompense surtout la meilleure campagne marketing...

Philippe Berry
— 
Une statue des Oscars le 1er mars 2014
Une statue des Oscars le 1er mars 2014 — REX/REX/SIPA

Trop vieux, trop blancs, trop misogynes... Les membres de l'Académie sont régulièrement critiqués pour leurs choix. Avant la cérémonie de dimanche, l'expert Stephen Follow livre un éclairage statistique assez déconcertant sur les dessous des Oscars.

1. Les membres: Des hommes (77%), blancs (94%), vieux (62 ans pour l'âge médian)

Les 6.000 membres de l'Académie représentent les 17 branches de l'industrie (réalisateurs, acteurs, producteurs, scénariste, designers, maquilleurs etc.). On devient membre sur invitation du board des gouverneurs (51 personnes), et il s'agit d'une position occupée à vie. On comprend mieux pourquoi l'Académie ressemble à un club de gentlemen de 1876: les membres sont blancs (94%), des hommes (77%) et la moitié a plus de 62 ans. De quoi expliquer la non-sélection de la réalisatrice de Selma, Ava Duvernay, une femme afro-américaine de 42 ans. Ou l'absence incompréhensible de LEGO en animation.

2. Le coût d'une campagne victorieuse: 10 millions de dollars

Qui se souvient encore des Oscars de 1999? A la surprise générale, Shakespeare in Love avait volé la statuette au Soldat Ryan de Spielberg. La raison? Un effort marketing mené de main de maître par le gourou Harvey Weinstein, dont on parle encore dans les écoles de cinéma. Aujourd'hui, une campagne victorieuse pour le meilleur film coûte jusqu'à 10 millions de dollars. Une page de pub «Pour votre considération» dans le Hollywood Reporter? 72.000 dollars. Les DVD screeners, à l'époque de Crash (Collision en VF)? 250.000 dollars. Sans parler des consultants en relations publiques et les fiestas organisées pour séduire les membres de l'Académie.

3. Les recettes supplémentaires au box office: 3 millions de dollars

Une nomination comme meilleur film rapporte gros, surtout à l'échelle du cinéma indépendant: jusqu'à 12,7 millions de dollars de plus qu'un film non-nominé. En revanche, une victoire ne générait que 3 millions supplémentaires. De quoi remettre en cause la logique de dépenser autant pour une campagne.

4.Le «pay to wear»: Jusqu'à 500.000 dollars

«Who are you wearing?» («De qui est votre robe?») est la question traditionnelle du tapis rouge. La raison? De nombreuses actrices sont payées pour s'habiller. Certaines, directement, comme Gwyneth Paltrow, qui aurait touché 500.000 dollars de Louis Vuitton pour porter les bijoux de la marque en 2011. D'autres, indirectement, comme Charlize Theron, «ambassadrice» de Dior, avec des contrats qui peuvent aller jusqu'à 200.000 dollars, selon Vanity Fair.

5. L'impact sur le cachet des acteurs: 3,9 millions et 500.000 dollars

Mieux vaut être un homme. Un Oscar peut faire grimper une cote de près de 4 millions de dollars dans l'année qui suit. Pour une femme, c'est plus négligeable, à tout juste 500.000 dollars. Dans les deux cas, l'impact s'estompe après trois ans.