Antonio Banderas: «J'ai beaucoup souffert pendant le tournage de Bob L’éponge»

CINEMA Sans sa barbe, Antonio Banderas se serait totalement régalé à incarner le pirate de «Bob L’éponge»...

- De notre envoyée spéciale à New York, Caroline Vié

— 

Antonio Banderas dans Bob l'éponge - le film: un héros sort de l'eau
Antonio Banderas dans Bob l'éponge - le film: un héros sort de l'eau — Paramount

Antonio Banderas incarne un pirate haut en couleur dans le nouveau Bob l'éponge, mélange d'animation et de prises de vue réelles qui cartonne au box-office américain. C'est dans un grand hôtel de New-Yorkais que le comédien espagnol a raconté à 20 Minutes comment il a créé ce personnage frappadingue et les douleurs qu'il a endurées pour lui donner vie...

<< Retrouvez nos secrets de tournage ici

Étiez-vous fan de Bob l'éponge avant ce film?

Je regarde très peu la télévision donc je ne peux pas dire ça, mais il aurait fallu vivre dans une grotte pour ne pas en avoir entendu parler! Je trouvais les personnages originaux et très marrants ce qui m'a donné envie de lire le scénario. C'est l'histoire qui m'a conquis par sa fantaisie ainsi que le défi de m'essayer aux effets spéciaux.

Était-ce différent que de prêter votre voix au Chat Potté?

Le doublage est un exercice particulier qui peut se développer en plusieurs fois sur une longue période. Là, tout était concentré sur un seul tournage. Le principal point commun entre ces deux façons de jouer était que je devais imaginer mes partenaires. J'ai retrouvé mon âme de bambin qui se raconte des histoires avec des amis qui ne sont pas là.

Et puis là, on vous voit...

On voit surtout ma barbe! J'ai beaucoup souffert pendant le tournage de Bob l'éponge, le film. J'étais allergique à la colle qui faisait tenir mes postiches et j'avais l'impression qu'on me dévorait le visage pendant douze heures d'affilée. Ça grattait atrocement et chaque soir, c'était comme si on m'arrachait la peau au moment de l'enlever.

Vous avez quand même trouvé du plaisir à jouer ce personnage?

Incarner un pirate était un rêve d'enfant. Je pouvais vraiment y aller à fond comme si j'avais encore huit ans! Je devenais un authentique héros de dessin animé en chair et en os. Quand j'ai vu le film, j'ai eu l'impression d'être totalement intégré à l'univers de Bob, ce qui était très gratifiant.

Comment décririez-vous son monde?

Il est délirant mais riche en valeurs positives. Je pense que c'est cela qui explique le succès de la série. Les héros ont un aspect enfantin rafraîchissant et ils prônent de belles idées comme l'amitié, la solidarité et la joie de vivre. On aimerait tous vivre dans un univers comme celui de Bob. Même les méchants y ont un côté sympa.