«Une histoire américaine»: Vincent Macaigne en french lover à l'imparfait

CINEMA Vincent Macaigne, amant éconduit, suit sa belle jusqu'à la Grosse Pomme...

Caroline Vié

— 

Vincent Macaigne dans Une histoire américaine
Vincent Macaigne dans Une histoire américaine — UFO Distribution

Vincent Macaigne fait toujours un peu la même chose et c'est pour ça qu'on l'aime. Dans Une histoire américaine d'Armel Hostiou, le comédien trimbale jusqu'à New York sa coupe de cheveux improbable, sa silhouette dégingandée et sa barbe savamment négligée. Il faut dire qu'il tente de reconquérir une belle Yankee qui l'a sauvagement plaqué.

Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre

La fort mignonne Kate Moran a bien du mal exister face au séducteur à la fois attendrissant et exaspérant, dont on se dit qu'il donne une drôle d'image du french lover aux demoiselles d'outre-Atlantique. Cette promenade de reconquête dans la Grosse Pomme vaut surtout par le malaise qui se dégage progressivement de l'insistance presque inquiétante de ce personnage principal collant. Entre amoureux et psychopathe, Macaigne oscille, renouvelant suffisamment son personnage pour rendre indulgent face à  la maladresse du projet.