«L’enquête» permet de comprendre enfin quelque chose à l'affaire Clearstream

CINEMA Ce film passionnant mettant Gilles Lellouche en vedette revient sur une affaire complexe...  

Caroline Vié

— 

L'enquête
L'enquête — Mars distribution

Denis Robert est sur tous les fronts comme s'il était résolu à faire saisir les tenants et les aboutissants de L'affaire Clearstream par tous les moyens. Après la BD L'affaire des affaires (Dargaud), le journaliste est le héros de L'enquête, un film de fiction inspiré de sa vie et signé Vincent Garenq.

Au cœur de l'affaire

Le spectateur, qui a cru devenir chèvre en essayant d'entendre quelque chose aux enjeux de cette ténébreuse histoire du début des années 2000, voit le ciel s'ouvrir devant lui en découvrant le film. Le choix de centrer l'action sur l'intrépide Denis Robert offre un  fil rouge qui permet de se retrouver entre les différents personnages et leurs actions. «Quand on s’inspire du réel, on se met à l’abri des clichés et l’on peut construire des intrigues qui ont une véritable originalité», explique le cinéaste. Le réalisateur de Présumé coupable (2011) a confié à Gilles Lellouche le rôle de ce croisé de la presse décidé à faire le jour sur une affaire de blanchiement d'argent.

>> A lire ici notre interview avec Denis Robert.

Un travail époustouflant

On imagine assez bien le travail de titan auquel a dû se livrer Vincent Garenq pour compiler tous les documents qui lui ont permis de construire son film. Le spectateur est encore plus épaté par son portrait d'un homme fier, droit et un brin égocentrique qui voit son existence bouleversée par sa conviction que la liberté de la presse ne se discute pas. Ce message, jamais inutile à rappeler, est servi avec une ferveur remarquable tant par le réalisateur que par son acteur principal fort bien entouré par Charles Berling (en juge van Ruymbeke) et Laurent Capelutto en Imah Lahoud).