Angelina Jolie accusée de racisme au Japon

POLEMIQUE L’actrice Angelina Jolie, dans son premier film en tant que réalisatrice, raconte des crimes de guerre commis par des soldats japonais durant la Seconde Guerre mondiale…

B.C.

— 

Angelina Jolie à Berlin en novembre 2014 Lancer le diaporama
Angelina Jolie à Berlin en novembre 2014 — Michael Sohn/AP/SIPA

Des groupes nationalistes japonais ont organisé des pétitions pour interdire à Angelina Jolie de venir au Japon. Ces groupes traitent l’actrice de «démon immoral» et lui reprochent la manière dont, dans son second film en tant que réalisatrice, Unbroken, elle décrit les mésaventures du soldat américain Louis Zamperini.

La star hollywoodienne a, pour ce film, choisi de raconter comment ce soldat américain, survivant d’un crash au large du Japon durant la Seconde Guerre mondiale, a ensuite été secouru puis torturé par des militaires japonais. Les nationalistes nippons clament qu’aucune preuve de ces «allégations» n’a été apportée, même si plusieurs membres du navire où se seraient déroulées les tortures ont été reconnus coupables de crimes de guerre.

Cannibalisme et tortures

D’après plusieurs rapports militaires, les prisonniers américains comme Louis Zamperini ont été «battus, brûlés, battus à mort ou décapités» durant leur détention. Des actes de cannibalisme rituel ont également eu lieu sur des cadavres de prisonniers ainsi que des expériences médicales.

Angelina Jolie a basé son film sur le roman de Laura Hillenbrand racontant l’histoire de Louis Zamperini. Le livre, sorti en 2010, avait déjà suscité la colère des nationalistes japonais qui n’avaient pas réussi à le faire interdire au Japon. La sortie du film est prévue au lendemain de Noël dans plusieurs pays, relançant la campagne, notamment sur les réseaux sociaux, de groupes négationnistes comme la Society for the Dissemination of Historical Fact. Angelina Jolie y est la cible d’insultes racistes et sexistes.

Le film Unbroken, intitulé Invincible en français, sortira en France le 7 janvier 2015.