Les frères Brizzi à l'origine d'une «french touch» dans le cinéma d'animation aux Etats-Unis

CINEMA Les frères Brizzi, animateurs français à la carrière internationale, seront les invités du Forum des Images le 7 décembre prochain...

Caroline Vié

— 

Les frères Brizzi
Les frères Brizzi — Forum des images

Les jumeaux Gaëtan et Paul Brizzi ont dirigé un studio d'animation à Montreuil pour le compte des studios Disney avant de passer une dizaine d'années à Los Angeles à travailler sur des films comme Le bossu de Notre-Dame (1996) et Fantasia 2000 (1999). Ils animeront une master class sur leur travail ce dimanche 7 décembre au Carrefour du cinéma d'animation du Forum des images. En attendant, ils reviennent pour 20Minutes sur la popularité des artistes français de l'animation aux Etats-Unis.

Une carrière internationale

«Le succès planétaire du Roi Lion (1994) a fait comprendre aux studios américains que l'animation pouvait rapporter beaucoup d'argent, explique Paul Brizzi. Chacun d'entre eux a donc voulu créer son propre département animation pour profiter de cette aubaine.» Il a donc fallu engager des animateurs pour créer les films ouvrant alors une période faste où les offres alléchantes et les salaires mirobolants ont séduit bon nombre de frenchies. «Nous apportions une culture classique au sein de studios dont les animateurs n'avaient pour références que les personnages de dessins animés et Star Wars», précise Gaëtan Brizzi.

Des atouts précieux pour les studios

La formation solide des dessinateurs français comme leur connaissance de l'art en fait des atouts précieux pour leurs homologues américains. «Des écoles comme celle des Gobelins sont très prisées, déclare Paul. Les Américains font leur marché dans chaque promotion, chaque studio cherchant à piquer les meilleurs éléments autres». DreamWorks, Disney, Pixar et Sony Animation regorgent de Français talentueux. Sans oublier ceux qui réussissent dans l'Hexagone en collaboration avec les Etats-Unis tels Louis Clichy (Astérix - le domaine des dieux), transfuge de Pixar ou Pierre Coffin, le papa des Minons de Moi, moche et méchant.

La vie après l'Amérique

Après un passage chez DreamWorks et Sony, les frères Brizzi sont rentrés en France et se consacrent désormais à des projets plus personnels: une exposition d'art et une bande dessinée écrite en collaboration avec Christophe Malavoy. «Nous avons été déçus par le fait que plusieurs de nos films n'ont pas vu le jour, explique Gaëtan. Les studios américains peuvent se permettre de vous faire travailler pendant des mois sur un projet puis de décider soudainement qu'il ne sera pas produit». Comme eux, de jeunes artistes continuent de partir à Hollywood. L'histoire d'amour entre nos concitoyens et Hollywood n'a pas fini de donner de beaux petits.