«Réveil dans la terreur»: le meilleur film du réalisateur de Rambo

CINEMA Ted Kotcheff a signé dans les années 1970 un grand film délirant, injustement oublié...

Caroline Vié

— 

Réveil dans la terreur
Réveil dans la terreur — La Rabbia/Le Pacte

Attention grand film délirant! Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff sent la poussière asséchée par un soleil de plomb et la sueur parfumée à la bière. C'est en 1971 que le réalisateur de Rambo a tourné en Australie cette œuvre si étrange qu'elle semble extraterrestre.

Un cauchemar dans le bush

Présenté au Festival de Cannes au moment de sa sortie puis redécouvert au Festival Lumière à Lyon, cette chronique poisseuse suit le calvaire d'un instituteur coincé dans un village du bush après avoir perdu tout son argent au cours d'une soirée de jeu et de beuverie. «Je considère Rambo comme ma plus grande réussite commerciale et Réveil dans la terreur comme mon meilleur film», explique le réalisateur âgé aujourd'hui de 83 ans. Bien qu'il soit ancré dans la mouvance des années 1970, cet objet filmique atypique n'a rien perdu de son potentiel dérangeant.

Faire interdire la chasse aux kangourous

«Je conserve le souvenir d'un tournage très moite comme un cauchemar dans une nuit d'été», explique Ted Kotcheff. Cette impression se communique au spectateur notamment lors d'une incroyable chasse aux kangourous si traumatisante qu'elle contribua à faire interdire leur massacre. Sauvé de la destruction par miracle, Réveil dans la terreur fait partie de ses films dont on se demande ce qui a bien pu passer par la tête de leur auteur pour qu'il les réalise. «C'était une autre époque qui me semble appartenir à une autre vie», avoue Ted Kotcheff. C'est sans doute vrai pour le cinéaste mais son film n'a étonnamment pas vieilli.