Guillaume Gallienne: «Paddington est une part de mon enfance»

CINEMA Le comédien double le petit ours en français dans des tribulations joyeusement farfelues, à déguster en famille...

Caroline Vié

— 

Guillaume Gallienne et Paddington
Guillaume Gallienne et Paddington — StudioCanal

En février dernier, Guilllaume Gallienne avait prêté sa voix au chien savant de M. Peabody et Sherman (disponible en vidéo chez DreamWorks), il renouvelle l'exercice avec un égal talent pour Paddington dans lequel il double l'ourson du titre. Entre théâtre (Oblomov dans toute la France) et l'écriture de son nouveau film prévu pour 2016, le comédien à la voix d'or a trouvé le temps de parler de son expérience à 20 Minutes.

Pourquoi le personnage de Paddington vous parle-il?

Il est une part de mon enfance. Mes nounous anglaises me lisaient ses aventures lorsque j'étais petit. Je pense qu'on m'a confié sa voix française en raison de mes liens forts avec l'Angleterre. Les gens savent qu'il s'agit d'un pays que j'adore et que je connais bien. J'adore cet exercice de doublage parce que toutes les décisions importantes ont été prises avant mon arrivée: il ne me reste plus que le plaisir du jeu.

Selon vous, qui est Paddington?

C'est un petit garçon curieux de tout! Je me reconnais en lui et je pense que mon fils de sept ans et demi se retrouvera aussi dans ce bambin espiègle et courageux qui m'émeut profondément par sa naïveté. Le fait qu'il puisse aussi être touchant rend sa voix très agréable à travailler. Elle permet vraiment de broder sur une large gamme d'émotions. S'il y a une suite, je dirai oui tout de suite pour le doubler!

Pourquoi attendre 2016 pour tourner votre prochain long-métrage?

Je veux être présent pour épauler Eric Ruf lors de sa première année comme administrateur de la Comédie-Française. Je souhaite aussi prendre mon temps pour bien écrire cette histoire à laquelle je pense de jeune femme qui a vécu longtemps enfermée avant de parvenir à devenir comédienne. Il me faut trouver le ton juste pour que ce ne soit pas glauque.