Fleur Pellerin dans «OSS 117»? Lionel Jospin, Jack Lang… Cinq ministres au cinéma

CINEMA La ministre de la Culture réclame un rôle dans le prochain OSS 117. D’autres ministres se sont offert un passage derrière la caméra ces dernières années…

Annabelle Laurent

— 

Lionel Jospin face à Jacques Gamblin dans
Lionel Jospin face à Jacques Gamblin dans — UGC Distribution

«C’est possible ou pas?» Fleur Pellerin veut son rôle dans OSS 117, Michel Hazanavicius a eu l’occasion de le comprendre et d’être au passage bien embarrassé. Une ministre en exercice au cinéma, ce serait inédit, mais une fois libérés de leurs fonctions, plusieurs ex-ministres sont venus dire coucou à la caméra, ces dernières années. 

Le plus encourageant: Bruno Le Maire dans «Quai d’Orsay» (2012)

Dans la comédie de Bertrand Tavernier inspirée de la célèbre BD éponyme, Bruno Le Maire apparaît dans son propre rôle pour féliciter Thierry Lermitte pour l'un de ses discours. «Vous étiez formidable, Taillard. Rien à dire: vous êtes un vrai champion à l'oral!» Un clin d'oeil de l'ex-ministre, qui était la plume du Quai d'Orsay au moment où y travaillait l'auteur de la BD Antonin Baudry, connu sous le pseudonyme Abel Lanzac. «Sa présence irradie tout l'album», a reconnu Antonin Baudry, mais «Bruno n’est pas incarné par un personnage». 

Le plus furtif: Jack Lang dans «Un bonheur n’arrive jamais seul» (2012)

Sophie Marceau, Gad Elmaleh et Jack Lang, le trio improbable. L’ex-ministre apparaît en juin 2012 dans Un bonheur n’arrive jamais seul, une comédie de James Huth, le réalisateur de Brice de Nice, lors d’une courte scène de vernissage d’une expo d’art contemporain organisée par Sophie Marceau. Solliciter Jack Lang était une idée du réalisateur, dont le père connaît bien l'ex-ministre. 

Le plus mémorable: Lionel Jospin dans «Le nom des gens» (2010)

C’est notre préféré. Dans Le nom des gens, la savoureuse comédie de Michel Leclerc avec Sara Forestier et Jacques Gamblin, Lionel Jospin apparaît dans son propre rôle, invité surprise pour l’apéro chez Jacques Gamblin, qui joue un jospiniste de la première heure. Cela partait d'une blague écrite en marge du scénario, explique ici Michel Leclerc, mais Jospin a accepté à sa grande surprise. L'ancien Premier ministre ne fait pas les choses à moitié, dans une scène qui se moque certes gentiment mais clairement de son échec, en s'offrant même la réplique: «un jospiniste, c'est aujourd'hui aussi rare qu'un canard mandarin dans l'île de Ré». 

La plus explosive: Roselyne Bachelot dans «Nos chers voisins» (2013)
Ce n’était pas pour le cinéma, mais pour la série de TF1 Nos chers voisins, très généreuse en guests. C'est ainsi que Roselyne Bachelot a débarqué en robe de chambre, cigare à la main et cheveux en pétard, dans le rôle «d’une cousine pique-assiette, épouvantablement mal élevée qui empoisonne la vie des Dubernet-Carton», racontait-elle alors à 20 Minutes.

Bonus: Frédéric Mitterrand dans «Fortunat» (1960)
Cela date, mais il n’est pas mignon, le petit Frédéric Mitterand, à tenter de faire la leçon à Bourvil? C'est sa première apparition au cinéma, à douze ans, dans ce film d'Alex Joffé sorti en 1960, mais c'est loin d'être la seule incursion de l'ancien ministre du côté du grand écran, où il a été scénariste, acteur, réalisateur. Le saviez-vous: la voix-off du Fabuleux destin d'Amélie Poulain, c'est lui.