«Interstellar»: La science au service de la fiction pour un résultat réaliste

CINEMA Christopher Nolan a fait appel à des scientifques pour assurer un certain réalisme à son film...

Caroline Vié
— 
Anne Hathaway et Matthew McConaughey dans Interstellar
Anne Hathaway et Matthew McConaughey dans Interstellar — Warner Bros

Science-fiction ne rime pas obligatoirement avec invention... Pour écrire le scénario d'Interstellar, Christopher Nolan et son frère Jonathan n'ont pas puisé que dans leur imagination. Ils ont fait appel à des spécialistes de façon à assurer un certain réalisme à leur film. «Nous avons souhaité rendre le voyage dans l'espace aussi crédible que possible pour faire partager au spectateur l'impact émotionnel qu'il peut avoir sur les personnages», explique Jonathan Nolan.

Un physicien à la rescousse

Les deux frères ont donc fait appel à une sommité dans le domaine de l'astrophysique, Kip Thorne pour les aider à appréhender des concepts aussi fascinants que les trous noirs et les trous de ver, éléments essentiels dans l'histoire d’explorateurs de l'espace tentant de découvrir une nouvelle planète pour accueillir les Terriens. «Si le scénario a pour origine l'esprit fertile de ses créateurs, ils ont tenu compte de la réalité scientifique ou ont extrapolé à partir d'éléments prouvés scientifiquement», dit Thorne qui a également aidé à rendre la physique accessible au grand public.



Des costumes réalistes

Selon leur propre aveu, Matthew McConaughey et Anne Hathaway en ont bavé sous leurs lourdes combinaisons blanches. La créatrice des costumes Mary Zophres, connue notamment pour son travail avec les frères Coen, a étudié les tenues des astronautes des années 1960 à nous jours afin d'habiller les explorateurs du film. «Aucun élément ne devait être uniquement décoratif, dit-elle. Tout devait être utile d'autant plus que les acteurs allaient passer plus de la moitié du tournage sous leur casque et qu'il fallait qu'ils puissent respirer avec».

Des vaisseaux très spaciaux

Pour l'Endurance, le Ranger et le Lander, les trois vaisseaux du film, Nolan et son équipe ont étudié les archives de la NASA. «Christopher Nolan et moi voulions que l'équipement ait à la fois l'air moderne et familier car nous avons tout deux grandis en regardant des documentaires sur les lancements de fusées», précise le décorateur Nathan Crowley. Le soin apporté à chaque détail est si évident que le spectateur a vraiment l'impression de voir de vrais vaisseaux en action plutôt que des créations hollywoodiennes...