«Interstellar» apporte une nouvelle preuve qu'un film de SF peut être profond et divertissant

CINEMA Un an après «Gravity», Christopher Nolan emporte à son tour le spectateur dans un conte futuriste réussi...

Caroline Vié

— 

Interstellar
Interstellar — Warnes Bros

Christopher Nolan signe l'un des films les plus attendus de l'année avec Interstellar. Il entraîne le spectateur dans un futur proche où la Terre est menacée par la famine. Un ancien pilote et une équipe de savants acceptent de partir dans l'espace pour une mission destinée à trouver une planète susceptible d'accueillir les terriens avant qu'il ne soit trop tard.

Une fresque spectaculaire

«Le film parle de ce formidable appétit des hommes pour l'aventure et la découverte, mais il s'agit surtout d'une histoire centrée sur la famille et les rapports humains», explique la productrice Emma Thomas. Le réalisateur d'Inception (2010) jongle avec les codes de la science-fiction et les émotions pour ce conte philosophique qui évoque 2001, l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick (1968) autant que les fables métaphysiques aux images somptueuses d'Andreï Tarkovski. Fresque spectaculaire, Interstellar est surtout une aventure humaine riche en rebondissements.

Un conte sur l'espace et le temps

Le voyage magnifique qu'entreprend le pilote l'oblige à abandonner sa famille, notamment sa petite fille qui ne lui pardonne pas sa défection. S'il lui jure de revenir, les périls qu'il risque de rencontrer et le temps qu'il va passer dans des lieux hostiles rendent sa promesse peu crédible. «Cette histoire est pleine de nostalgie et de chagrin, mais elle défend l'idée généreuse que même si l'amour n'est pas quelque chose que l'on peut tenir en main, il demeure avec vous par-delà les distances de l'espace et du temps», raconte Jessica Chastain qui incarne la gamine devenue adulte.

D'excellents comédiens

Christopher Nolan entraîne le spectateur entre une Terre balayée de tempêtes de poussière toxique et un Espace tout aussi hostile. Matthew McConaughey, acteur récemment oscarisé pour Dallas Buyers Club, livre une performance intense en aventurier déchiré entre ses responsabilités familiales et les besoins d'une humanité qui dépend des résultats de sa mission. Face à lui, Anne Hathaway est aussi épatante en  scientifique déterminée, tandis que Michael Caine émeut en vieux savant.

Réfléchir et distraire

«Depuis toujours, le besoin d'élargir notre monde ou de faire évoluer notre civilisation a impliqué le sacrifice d'êtres faisant passer le bien général avant leur intérêt personnel. Le film rend hommage à ceux qui ont ce courage», explique Anne Hahtaway. Des enjeux capitaux sont au centre d'un blockbuster prouvant qu'il n'est pas interdit de faire réfléchir tout en offrant un divertissement haut de gamme. Après Gravity l'an dernier, Interstellar démontre que la science-fiction n'a pas fini de faire voyager et rêver...