VIDEO. «Les Minions»: les premières images sont en ligne

CINEMA Pierre Coffin, réalisateur du film et créateur des Minions, s'est confié en exclusivité à 20 minutes...

Caroline Vié

— 

Le film les Minions sortira en France le 8 juillet 2015.
Le film les Minions sortira en France le 8 juillet 2015. — Illumination entertainment Macguff

Il va falloir patienter jusqu'au 8 juillet prochain pour voir Les Minions, premier long-métrage à mettre exclusivement en scène les petites gélules jaunes découvertes dans les deux volets de Moi, moche et méchant en 2010 et 2013. Ça ne va pas être facile. Surtout après avoir vu cette superbe bande-annonce très alléchante. 

«Nous n'aurions jamais pensé qu'ils auraient un succès pareil, explique leur créateur Pierre Coffin et nous ressentons une légère pression à décliner leurs aventures car il y a encore du travail à accomplir».

La vie en jaune

Kevin, Stuart et Bob, stars des Minions, sont évidemment omniprésents dans ce premier film annonce, dont Pierre Coffin a annoncé à 20 Minutes qu'il révélait le tout début du film à venir. Nos héros y cherchent les pires méchants de la Création pour les servir avec leur (mal)adresse habituelle. «Il nous reste encore environ 30% du film à finir avant de nous attaquer à la post-production», déclare Coffin.

Avec son équipe des studios Illumination MacGuff, à Paris, il voit la vie en jaune depuis la naissance des Minions en 2008. «Notre principal défi est que le public s'identifie à ces créatures au langage incompréhensible», dit-il.

Une super méchante

Des Minions, on en trouve déclinés sous toutes les formes: jouets, jeux, accessoires, vaisselle et vêtements, mais Pierre Coffin se défend de songer aux produits dérivés lorsqu'il dessine des créatures aussi mignonnes que celles de la bande-annonce. «Ceux qui pensent que nous ne faisons ce film que pour l'argent ont tout faux, martèle-il. Nous ne l'aurions pas lancé si nous n'avions pas d'idées!» 

Toujours aussi passionné, il s'amuse à envoyer nos amis couleur canari dans l'Amérique et l'Angleterre des années 1960 où ils se mettront aux ordres une grande vilaine, Scarlett Overkill. «La reconstitution de cette période nous permet de bien nous amuser», avoue-t-il.

Ne pas décevoir

Pierre Coffin est également conscient de l'immense attente que génère son long-métrage. «Le pire serait de décevoir les fans et je sais de quoi je parle pour avoir moi-même été déçu en tant que spectateur après avoir trop espéré de certains films», avoue-t-il.

Mais il parle de ses petits bonhommes jaunes avec une passion intacte. «Un jour, je me pencherai de nouveau sur d'autres projets, mais pour l'instant, je suis heureux de leur inventer des histoires». Et le spectateur est impatient de les découvrir...