Brad Pitt: «J'avais fini par m'attacher au tank de "Fury" comme si j'en étais le propriétaire»

CINEMA Brad Pitt est éblouissant en conducteur de tank dans «Fury», l'un des meilleurs films de l'année...

- De notre envoyée spéciale à Bovington, Caroline Vié
— 
Fury
Fury — Sony pictures

Alors que la Seconde Guerre mondiale est sur le point de prendre fin, une poignée de soldats tente de survivre dans un tank tout en massacrant le plus d'ennemis possible. Brad Pitt livre une prestation époustouflante dans Fury de David Ayer, film réaliste sur un conflit vu à hauteur d'hommes.

Un grand film guerrier

Le réalisateur de End of Watch (2012) signe l'un des meilleurs films de l'année en faisant partager une journée de ces hommes confrontés à une brutalité constante et à des dangers permanents. «Bien que la guerre soit presque terminée, ils savent que beaucoup de gens vont encore mourir, précise le cinéaste. Ils veulent juste ne pas en faire partie». Shia La Beouf, Logan Lerman, Michael Peña et Jon Bernthal donnent le meilleur d'eux-mêmes pour ce drame guerrier et claustrophobe brillamment mis en scène. C'est au Tank Museum de Bovington dans le nord de l'Angleterre que Brad Pitt a répondu aux questions de 20 Minutes sur ce film qui lui tient à cœur...

Pourquoi Fury vous a-t-il tant motivé?

Il montre la brutalité de la guerre sans prendre de gants. On voit les épreuves par lesquelles les soldats passent et comment  cela finit par les rendre fous. David Ayer a voulu communiquer la terreur dans laquelle ils vivaient. Ce genre d'expérience marque à jamais et se transmet de génération en génération.

En quoi votre rôle est-il différent de celui que vous avez joué chez Quentin Tarantino?

Inglourious Basterds (2009) était une fable bénéficiant de l'humour vachard de Tarantino. Fury se veut réaliste à 100%. C'est un film très cru et très violent tentant de montrer la Seconde Guerre mondiale par les yeux de ceux qui l'ont vécue. Les choix artistiques sont on ne peut plus différents.

Avez-vous beaucoup travaillé le passé de votre personnage?

C'était un élément essentiel pour mieux le comprendre. C'est un homme brisé dont la raison ne tient qu'à un fil. David me donnait des détails sur sa vie presque quotidiennement. C'était indispensable pour me permettre de lui donner tout le relief nécessaire.

Tourner dans un tank, ça ressemble à quoi?

Nous vivions pratiquement dans le tank, tous ensemble comme nos personnages. Et on ne peut pas dire que David Ayer nous a ménagés! Il souhaitait que nous le considérions comme notre maison. Avant de connaître l'intérieur d'un tank, on n'a pas idée d'à quel point l'habitacle est exigu...Surtout quand on y cohabite à cinq!

Que vous a apporté ce film?

Un respect encore plus grand pour les vétérans et la conviction absolue que la guerre est un enfer. A l'époque, il n'était pas rare que les soldats brûlent vifs dans leurs tanks car ils étaient pris au piège. Aujourd'hui, les méthodes de combat ont changé mais l'horreur reste la même. L'humanité n'a pas vraiment fait de progrès.

Cela vous a-t-il définitivement dégoûté des tanks?

Ce qui est amusant, c'est qu'on finit par s'habituer à tout! On avait tous trouvé notre coin préféré à l'intérieur du véhicule. On avait même fini par s'attacher à notre tank. Je me suis surpris à la regarder avec une certaine affection comme s'il m'appartenait vraiment!