Gaspard Ulliel: «J'ai tenté de capturer l'esprit d'Yves Saint Laurent plutôt que de le singer»

CINEMA Le comédien a confié à «20 Minutes» comment il était entré dans la peau du grand créateur...  

Caroline Vié
— 
Gaspard Ulliel est Saint Laurent
Gaspard Ulliel est Saint Laurent — MANDARIN CINEMA - EUROPACORP – ORANGE STUDIO – ARTE FRANCE CINEMA – SCOPE PICTURES / CAROLE BETHUEL

Gaspard Ulliel est étonnant de vérité dans Saint Laurent de Bertrand Bonello. Il se défend cependant d'avoir souhaité imiter son modèle. «J'ai voulu me tenir éloigné d'un concept de mimétisme et de performance. J'ai tenté de capturer l'esprit d'Yves Saint Laurent plutôt que de le singer.»

Un travail d'appropriation

Le comédien trentenaire a évidemment étudié la gestuelle et la diction d'Yves Saint Laurent pour le faire revivre. «Une fois que j'ai été enseveli sous cet amas de vérité, je m'en suis libéré. De la même manière qu'un cinéaste montre un sujet par son propre prisme, j'ai ensuite essayé de me l'approprier et de mettre de moi-même dans ma composition». Et de citer comme référence I'm not there (2007), film de Todd Haynes où plusieurs acteurs hommes comme femmes incarnent tout à tour Bob Dylan. «Bertrand Bonello a été clair: il voulait voir autant de moi que de Saint Laurent dans le personnage que nous créions ensemble». Ecorché vif et brillant, son Saint Laurent vibre d'émotions.

Dans la tête d'YSL

Il est impossible de parler de la performance de Gaspard Ulliel sans évoquer celle que Pierre Niney a donnée en ce début d'année. «J'ai vu le film de Jalil Lespert après avoir terminé mon travail sur le nôtre et je trouve que leur proposition est très différente, presque complémentaire. Il y a de la place pour plusieurs visions car cela consacre la diversité de la personnalité de Saint Laurent». L'académie des César aura sans doute  fort à faire pour départager deux acteurs aux compositions aussi dissemblables que les films dont ils sont les héros.