Deauville: Will Ferrell a fait hurler de rire le festival

CINEMA Le comique américain a reçu un accueil triomphal ce mercredi soir lors de l'hommage que lui a rendu le festival...

Caroline Vié

— 

Légendes vivantes
Légendes vivantes — Paramount Pictures

Will Ferrell est peu connu en France mais ce comique est une superstar aux Etats-Unis. L’hommage que lui a rendu le Festival de Deauville devrait donner une nouvelle popularité à ce pitre surdoué dont le dernier film, Légendes vivantes d’Adam McKay, est sorti directement en vidéo chez nous après avoir engrangé près de 130 millions de dollars au box-office américain.

Du délire sur les planches

Lors de son arrivée dans la grande salle du CID, Will Ferrell, la barbe en bataille et l’œil bleu pétillant, s’est montré digne de sa réputation de joyeux luron, sautant sur les fauteuils avant de s’exprimer dans un français délicieux et d’entraîner la salle à chanter avec lui «Sur le pont d’Avignon». Transfuge de l’émission satirique «Saturday Night Live», l’acteur vu dans une série de comédies d’Adam Mac Kay de Frangins malgré eux (2008) à Very Bad Cops (2010) s’est montré plus sérieux à la conférence de presse qu’il a donnée l’après-midi même. «Je suis fier de nombreuses choses que j’ai faites», a-t-il déclaré. Comme de créer le site Funny or Die («être drôle ou mourir») où l’on peut voir ses vidéos et celles de jeunes talents qui font leurs premiers pas.

Un artiste complet

Ferrell a multiplié les délires mais a aussi incarné George W. Bush sur les planches sur qui lui a valu une nomination aux Tony, les Molière américains. «Le registre dramatique m’a beaucoup plu et j’aimerais continuer mais Hollywood a tendance à me cantonner dans des rôles comiques», avoue-t-il. Il faut dire que le presque quinquagénaire excelle dans ce domaine. Il ne parvient cependant pas à donner la recette de son humour. «C’est probablement un mélange d’observation des gens, d’actualité et de culture populaire. Je suis toujours étonné de voir que je parviens à faire rire», dit-il. Il a donc dû être fort surpris par l’accueil chaleureux qu’il a reçu à Deauville.