Téchiné revisite les « années sida »

©2006 20 minutes

— 

André Téchiné joue sur toute une gamme d'émotions pour évoquer le début des « années sida ». Les Témoins confronte un quatuor de personnages durant cette période troublée. Michel Blanc en médecin homosexuel, Emmanuelle Béart en romancière débordée par son bébé et Sami Bouajila en époux flic voient leurs existences bouleversées par l'intrusion d'un jeune provincial désargenté campé par Johan Libéreau.« J'ai voulu éviter le côté larmoyant et faire un film d'action, un peu comme Les Oiseaux d'Hitchcock, où le virus aurait remplacé les volatiles », précise Téchiné. Le réalisateur des Roseaux sauvages et de J'embrasse pas a construit son film en trois parties. L'insouciance cède la place à la maladie puis à la reconstruction de ses héros traumatisés. D'un voyage dans un petit avion à une descente de police dans un hôtel de passe, le bonheur absolu comme le plus sombre désespoir laissent entrevoir diverses facettes de la nature humaine.« Les Témoins est une réflexion sur la relation entre le sexe et la morale, un thème qui semble toujours d'actualité aujourd'hui », insiste le cinéaste, qui a voulu « rendre hommage à de nombreux amis disparus ». Rythmée par une bande-son composée d'airs d'opéra et de tubes des années 1980, cette chronique plonge dans une réalité brutale sans céder à des pulsions mortifères. Une ode à la vie et à l'amour. Caroline Vié