Deauville: Ray Liotta est confiant dans sa bonne étoile

CINEMA L'acteur reçoit un hommage ce mardi au Festival du cinéma américain de Deauville...

Caroline Vié

— 

Ray Liotta
Ray Liotta — KSM

Ray Liotta semblait heureux et pensif à l’idée de recevoir un hommage au Festival de Deauville. «C’était à la fois flatteur parce qu’on se dit qu’on a réussi quelque chose et inquiétant parce qu’on se sent vieux», dit-il. Le comédien, qu’on verra mercredi prochain dans Sin City, j’ai tué pour elle de Robert Rodriguez, a longtemps été cantonné à des personnages patibulaires.

Un Affranchi qui réfléchit

«Je suis lucide, dit Ray Liotta. Je sais que j’ai campé un nombre impressionnant de psychopathes et que ma carrière a connu des hauts et des bas, mais je suis toujours là prêt à travailler». Depuis Dangereuse sous tous rapports (Jonathan Demme, 1986), l’acteur, qui est devenu comédien par accident, n’a pas arrêté. «J’ai pris des cours de comédie parce que mon père tenait à ce que j’aille à l’université et que c’est la matière qui me semblait la plus amusante», raconte-t-il. Sa composition en aspirant gangster dans Les Affranchis (Martin Scorsese, 1990) reste inoubliable. «Le film est un petit miracle mais le tournage a été un cauchemar car ma mère était mourante pendant cette période», se souvient-il.

Ray face au nouvel Hollywood

L’acteur déclare être perplexe face à l’évolution de son métier et de l’industrie cinématographique. «Aujourd’hui, toutes les œuvres se ressemblent, il est difficile de s’imposer dans un monde où ne comptent que les résultats de vos précédents films. Les producteurs étaient plus créatifs autrefois». L’acteur n’est cependant pas passéiste: il tente de nouvelles choses comme de prêter sa voix à un personnage du jeu «Grand Theft Auto» ou de participer au nouveau film des Muppets. «Faire l’acteur m’amuse toujours et je ne vois donc aucune raison d’arrêter tant qu’on fera appel à moi». Gageons qu’on verra encore longtemps Ray Liotta…