Jessica Chastain donne une nouvelle vie à «Mademoiselle Julie»

CINEMA La magnifique actrice rousse trouve un rôle à sa mesure devant la caméra de Liv Ullmann...

Caroline Vié

— 

Jessica Chastain dans Mademoiselle Julie
Jessica Chastain dans Mademoiselle Julie — Pretty Pictures

Liv Ullmann repasse derrière la caméra quatorze ans après Infidèle. Mademoiselle Julie d’après l’œuvre d’August Strindberg permet à l’égérie d’Ingmar Bergman d’offrir un rôle en or à Jessica Chastain, actrice honorée le week-end dernier au Festival de Deauville. La rousse volcanique est éblouissante dans ce personnage déjà créé au cinéma par Anita Björk (sous la direction de Alf Sjöberg, en 1951) et Saffron Burrows (Mike Figgis en 1999). La première de ces deux Mademoiselle Julie ressort d’ailleurs au cinéma…

Une belle rencontre

Le jeu sensuel entre une riche jeune femme et un valet entreprenant semble avoir inspiré la comédienne américaine et la réalisatrice d’origine norvégienne. L’entente a été immédiate entre les deux femmes. «Dès que j’ai rencontré Jessica, je me suis aperçue que nous étions sur la même longueur d’ondes, dit Liv Ullmann. Elle est arrivée préparée et avait d’emblée imaginé la façon dont elle allait jouer la scène de l’oiseau à la fin, c’était saisissant». L’actrice prend son personnage un tantinet hystérique à bras-le-corps faisant tourner la tête de Colin Farrell avec lequel elle joue cruellement. «Il s’agit de l’un des plus beaux rôles jamais écrits pour une actrice», assène-t-elle.

La jeune femme a pourtant été gâtée par le cinéma. On l’a remarquée dans des films aussi divers que Tree of Life (Terrence Malick, 2010) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2013). «Terrence Malick m’a dit que je lui faisais penser à une jeune Liv Ullmann, se souvient-elle mais je n’aurais jamais pensé la rencontrer un jour. Encore moins travailler avec elle. Les deux mois où elle m’a dirigée ont été riches en enseignements». La cinéaste a su tirer le meilleur de son actrice tantôt séduisante ou inquiétante en femme torturée par ses pulsions. Son jeu de chat et de souris avec son partenaire est aussi méchant que sensuel. «Liv n’a jamais créé ce rôle et je crois qu’elle le joue par procuration à travers moi. J’ai été honorée de me mettre entre ses mains», avoue la comédienne.

Une adaptation originale

Liv Ullmann a choisi de transposer l’action en Irlande du XIXe siècle afin de pouvoir tourner en langue anglaise ce qui a été idéal pour la comédienne. «Le personnage ne m’était pas étranger car j’avais déjà joué la pièce sur scène, raconte Jessica Chastain. Cette héroïne a été en moi dès que je l’ai découverte et Liv l’a fait vivre avec une sensibilité à fleur de peau». La sobriété de la mise en scène comme les images superbes signées Mikhaïl Krichman transportent dans un univers brutal aux passions exacerbées. Depuis, Jessica Chastain a connu une autre aventure passionnante avec le réalisateur visionnaire Christopher Nolan. Il l’a dirigée dans Interstellar qui sortira le 5 novembre prochain.