Un scénariste accuse Michel Hazanavicius de plagiat pour «The Artist»

PROCES Le réalisateur français a «la conscience claire comme de l'eau de roche»...

B.Ch. avec AFP
— 
Jean Dujardin et Bérénice Béjo dans «The Artist».
Jean Dujardin et Bérénice Béjo dans «The Artist». — Warner Bros. France

Michel Hazanavicius, le réalisateur du succès mondial de The Artist, est poursuivi par un scénariste qui l’accuse d’avoir plagié son histoire pour réaliser son film aux cinq Oscars, a-t-on appris mardi auprès des avocats des deux parties.

Interrogé par le site d’information Hexagones qui a révélé l’affaire, Michel Hazanavicius, réalisateur également des OSS 117 et récemment de The Search, dit avoir «la conscience claire comme de l’eau de roche.»

«Le scénario (du plaignant) n’a absolument rien à voir avec mon film, ni avec le scénario, que j’ai écrit d’ailleurs», a assuré à l’AFP Michel Hazanavicius.

Un autre film muet et en noir et blanc

L’assignation en justice vise aussi la société de production La petite reine, de Thomas Langmann. L’avocate du producteur, Me Florence Vatrin, confirmant cette assignation devant la 3e chambre du Tribunal de grande instance Paris, a déclaré à l’AFP que son client «n’est absolument pas inquiet.»

Le plaignant, Christophe Valdenaire, affirme sur son site être l’auteur d’un scénario de long-métrage intitulé Timidity, la Symphonie du Petit Homme, muet et en noir et blanc, en hommage à la transition entre le muet et le parlant au cinéma, «dont la première version date de 1998 et pour lequel les recherches de financements remontent à treize ans», selon ses propres termes.

Attaque-défense

Le scénariste raconte être entré en contact avec l’actrice Bérénice Béjo, compagne de Michel Hazanavicius, pour «lui faire passer des essais le moment venu». Après avoir vu plus tard The Artist, Christophe Valdenaire estime qu’il contient «de nombreuses ressemblances incontestables», ce que réfute le réalisateur du film pour lequel Jean Dujardin a eu le prix d’interprétation au Festival de Cannes en 2011.

«Je ne sais pas dans quelle mesure il est convaincu ou pas qu’il y a plagiat mais le fait est que cela n’a rien à voir. Après, il a tout à fait le droit de m’attaquer et moi je me défends. La meilleure réponse que je peux donner, c’est: lisez son scénario et comparez les films!», a dit le réalisateur.

Une audience sur le fond devrait intervenir courant 2015.