Oserez-vous rencontrer «Mister Babadook»?

CINEMA Le nouveau croquemitaine du cinéma d'horreur réveille les terreurs enfantines...

Caroline Vié

— 

Mister Badabook
Mister Badabook — Wild Bunch

Il y a eu Mike Myers (Halloween, 1978) Freddy Krueger (Les griffes de la nuit, 1983) et Candyman (1992). Plus récemment le fantôme d’Insidious (2011), la créature amoureuse de films super 8 de Sinister (2012) et la poupée hantée de Conjuring (2013) les ont rejoints. Aujourd’hui, Mister Babadook trouve dignement sa place au panthéon des créatures prêtes à hanter nuits blanches et salles obscures.

Un succès en festivals

Remarqué à Sundance et multiprimé par le Jury, la critique, le public et le jury jeune à Gérardmer, ce premier long-métrage de Jennifer Kent mêle angoisse et psychologie pour confronter une veuve et son fiston à un monstre qui ne leur veut pas que du bien. Mister Babadook, créature grognonne et peu avenante, transforme leur vie en enfer avant d’essayer de retourner la maman contre son bambin. Si la thématique de son film n’est pas furieusement originale, la réalisatrice australienne a parfaitement su intégrer et régurgiter les ingrédients les plus efficaces du cinéma d’horreur. Ceux qui sont venus pour frissonner devraient sortir de la salle avec leur comptant de claquements de dents et de cauchemars.

Une vraie sensibilité

En insistant sur les rapports entre une mère et un fils anéantis par la mort brutale du père, Jennifer Kent tient à la fois ce qui fait la force et la faiblesse de son film. Il faut, en effet, passer un bon moment avant que l’action prenne son envol. Les scènes d’exposition, un peu longuettes, permettent de s’attacher aux personnages avant de déboucher sur de belles séquences horrifiques témoignant d’un talent vigoureux. Malgré ses maladresses, Mister Babadook vaut cent fois mieux que la plupart des films d’horreur sortant sur nos écrans. Il entrouvre une fenêtre sur les peurs enfantines tout en faisant découvrir une cinéaste prometteuse dont on attend le prochain film avec une vraie curiosité…