Michael Bay: «J'aime être près de l'action et manipuler des accessoires moi-même»

CINEMA C’est à Berlin que le réalisateur Michael Bay a accepté de répondre aux questions de 20 Minutes…  

Caroline Vié

— 

Transformers, l'âge de l'extinction
Transformers, l'âge de l'extinction — Paramount

Michael Bay était tout sourire pour parler de Transformers: l’âge de l’extinctionle blockbuster de ce début d'été (en salles le 16 juillet). Le triomphe de ce quatrième opus à Berlin avait décontracté le réalisateur habituellement peu prolixe avec la presse…

Vous n’en avez pas assez des Transformers?

Sincèrement, là, un tout petit peu parce que je suis crevé! On essaye toujours de mettre la barre plus haut pour surprendre les fans ce qui veut dire qu’il faut constamment se surpasser.

Cela ne devient pas plus facile d’épisode en épisode?

En fait, non parce que je suis très exigeant et que j’ai constamment envie d’inventer de nouvelles choses! Je ne suis pas du genre à déléguer. Je me mêle de tout. Il n’y a pas un détail de mon film que je ne surveille pas moi-même.

Comment se passe votre relation avec les créateurs des jouets?

Hasbro se montre d’une grande générosité avec moi en me laissant une liberté totale. Inventer des nouveaux robots est l’un des plaisirs de travailler sur la saga. Je fais tout le temps appel à de nouveaux artistes pour les créer.

Vous pensez au merchandising en tournant vos films?

Pas du tout! Ce qui m’intéresse est ce qu’on voit à l’écran. Je suis en revanche intervenu auprès de Hasbro pour leur dire que des gamins se plaignaient de certains robots qu’ils trouvaient peu maniables en modèles réduits.

Etait-il excitant de changer d’acteurs pour ce nouvel opus?

C’était surtout amusant de les motiver à jouer devant des robots qui n’existent pas. J’aime me tenir tout près de mes comédiens et les diriger en me plaçant à la limite du champ de la caméra quitte à manipuler certains accessoires moi-même.

Vous ne faites pas tout en effets spéciaux numériques?

Rien ne vaut les vrais objets. Je me souviens notamment d’avoir manié une énorme griffe de dinosaure au-dessus de Nicola Pletz. C’était la meilleure façon de la faire réagir comme je le souhaitais.

Cela veut-il dire qu’il y existe des scènes qu’on ne peut pas réaliser avec les effets spéciaux?

On peut tout faire au cinéma grâce aux ordinateurs. Mais il y a des limites dictées par le temps, l’argent et les choix artistiques…