Un «Nectar» sensuel et vénéneux à déguster à Paris Cinéma

CINEMA Lucille Hadzihalilovic, réalisatrice de l'envoûtant «Innocence», présente son nouveau court-métrage à Paris Cinéma...

Caroline Vié

— 

Nectar
Nectar — Lucile Hadzihalilovic

Jusqu’au 12 juillet, Paris Cinéma met en avant des œuvres et des artistes reconnus ou plus confidentiels. Lucile Hadzihalilovic y présente notamment son nouveau court-métrage Nectar (2013), l’un des coups de cœur de 20 Minutes.

Dans ce conte sensuel de dix-huit minutes, qui fut d’abord baptisé La reine des abeilles, la réalisatrice de La bouche de Jean-Pierre (1996) et d’Innocence (2004) continue d’explorer le monde mystérieux de la féminité autour de l’étrange rituel de femmes autour de leur souveraine.

Un poème sexy et envoûtant

«C’est un film sur l’angoisse du temps qui passe, la perte du plaisir et la peur de la mort, un film dans un état de rêve éveillé», précise la cinéaste qui a tourné en 16mm pour donner un aspect plus charnel à son image.

Alors que son Nectar sera dégusté par les cinéphiles de Paris Cinéma, Lucile Hadzihalilovic est aux Canaries en train de préparer son prochain long: Evolution. Elle le décrit comme une sorte de variation autour de L’île du Dr. Moreau, «le cauchemar d’une enfant de dix ans qui a à la fois envie et peur de grandir». On a hâte de voir vers quels sombres territoires l’imagination de cette cinéaste brillante l’entraînera pour notre plus grand plaisir d’amoureux de films en marge des sentiers battus d'une cinéphilie bien pensante.