Bertrand Tavernier: «Partager la magie de mon métier»

CINEMA Cinéphile et fan de cinéma américain, le réalisateur copréside le Champs-Elysées Film Festival qui se déroule à Paris du 11 au 17 juin...

Caroline Vié
— 
Bertrand Tavernier sur la plateau de Quai d'Orsay
Bertrand Tavernier sur la plateau de Quai d'Orsay — Pathé/Etienne George

Du 11 au 17 juin, le cinéma français rencontre le cinéma américain au Champs Elysées Film Festival. Le réalisateur Bertrand Tavernier préside la manifestation et anime une master class le 14 juin autour de son film La mort en direct (1980) où Harvey Keitel, mourant, a une caméra implantée dans le cerveau. Avant-premières et films du patrimoine seront projetés dans sept cinémas situés sur les Champs-Elysées. Les spectateurs pourront également assister à des rencontres avec des stars comme Keane Reeves ou Jacqueline Bisset et des cinéastes comme Agnès Varda...

Pourquoi avez vous accepté de présider le Champs-Elysées Film Festival?

L’idée de soutenir une manifestation qui donne envie d’aller au cinéma m’a motivé. Ce festival, c'est l’occasion de voir des œuvres nouvelles, mais aussi de redécouvrir des classiques sur grand écran ce qui est plutôt rare. Et puis il soutient les Toiles enchantées, une association qui aporte le cinéma aux enfants des hôpitaux.

Savez-vous déjà comment vous allez aborder votre master class?

Je ne compte pas vraiment donner de leçon, mais plutôt raconter des anecdotes sur le tournage de La mort en direct. L’histoire du cinéma, j'aime l'évoquer en racontant comment se sont faits les films. Faire revivre des gens disparus comme Romy Schneider et partager la magie de mon métier.



Vous en profiterez aussi pour aller voir des films?

Bien sûr car j’aime toujours autant aller au cinéma. Tout m’intéresse dans ce domaine, vieux films et nouveautés. Il y a tant de choses à découvrir. Le fait que tout soit centralisé sur les salles des Champs-Elysées est en plus fort pratique.

Verrons-nous bientôt un nouveau film de Bertrand Tavernier?

Je travaille en ce moment sur un documentaire consacré au cinéma français parlant. Je traiterai d’une période allant jusqu’à 1974, quand je suis devenu réalisateur moi-même avec L’horloger de Saint-Paul. J’aimerais en profiter pour rendre hommage à de grands cinéastes oubliés mais c’est un énorme boulot que retrouver les films et leurs ayants droit.

Comment gardez-vous intacte votre passion pour le cinéma?

En regardant beaucoup de films! J’en vois tout le temps et j’ai l’impression de ne jamais étancher ma soif. Le cinéma est un bonheur qui apporte tant de joies et d'émotions qu’on n’en a jamais fait le tour!



Les Champs-Elysées célèbrent le 7e Art

60 films seront présentés pour la troisième éditions du Champs-Elysées Film Festival qui se déroulera dans sept cinémas de la grande avenue parisienne. Ce sera l’occasion pour le public de rencontrer Keanu Reeves, Jacqueline Bisset, Mike Figgis ou Agnès Varda entre deux avant-premières ou rétrospectives de films du patrimoine en versions restaurées. Le programme complet est consultable sur le site: www.champselyseesfilmfestival.com