«Maléfique», dernier en date des contes rafraîchis made in Disney

CINEMA Les contes de fées prennent un coup de jeune à Hollywood...

Caroline Vié

— 

Angelina Jolie dans Maléfique
Angelina Jolie dans Maléfique — Disney

C’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes. Telle semblent la devise des studios qui revisitent des classiques du conte de fées pour les remettre au goût d’aujourd’hui avec des stars au menu…

Un conte très canin

Glenn Close se rêve «Nini Peau d’chien» dans les 101 dalmatiens (1996) de Stephen Herek. Elle emporte un film plutôt médiocre en Cruella d’Enfer encore plus extrême que celle du dessin animé Disney où elle tente de jouer les Vénus en fourrure de chiot.

Un conte très Ozé

Sam Raimi a repeint la route de briques jaunes pour Le monde fantastique d’Oz (2013). Même le magicien est devenu hyper hype en adoptant la dégaine racée de James Franco. L’univers de L. Frank. Baum retrouve l’éclat du neuf et son charme magique.

Un conte très merveilleux

En se colletant à Alice aux pays des merveilles de Lewis Carroll, Tim Burton a réussi un coup compte triple. Remporter l’un de ses plus gros succès, révéler au cinéma Mia Wasikowska (déjà repérée dans la série «En Analyse» et permettre à son poteau Johnny Depp d’en faire des caisses en Chapelier fou.

Un conte très sucré

Le frère et la sœur d’Hansel et Gretel 3D: Witch Hunters (Tommy Wirkola) 2013) ont quitté la maison en pain d’épice et adopter un régime plus épicé. Gemma Aterton et Jeremy Renner y cassent de la créature maléfique à grand renfort d’effets spéciaux.

Un conte Joliment maléfique

N’oublions évidemment pas Maléfique, dernier né de la lignée. Angélina Jolie, à qui le noir va décidément très bien, y joue les sorcières vengeresses et envoie la princesse Aurore se coucher. Ce conte pas piqué des quenouilles remet le conte à zéro pour mieux le réinventer.