Festival de Cannes: Nuri Bilge Ceylan espérait juste le prix du scénario

CANNES A tord ou à raison, les cinéastes se fient trop souvent à l’accueil réservé à leurs films pendant le festival...

De notre envoyé spécial à Cannes, Stéphane Leblanc

— 

Nuri Bilge Ceylan et sa palme d'or en mai 2014 à Cannes
Nuri Bilge Ceylan et sa palme d'or en mai 2014 à Cannes — Nivière/Villard/Sipa

L'accueil que réservent les festivaliers aux films ne coïncident que rarement avec les goûts du jury. De là des bonnes surprises et quelques désillusions. Cette 67e édition n’a pas fait exception…

Ils ont été heureusement surpris

Nuri Bilge Ceylan

Déjà lauréat d’un Prix de la mise en scène et deux Grands prix du jury, le réalisateur turc n’a jamais confié à quiconque son souhait de décrocher la palme d'or. «Passons», nous avait-il dit quand on lui avait posé la question. «Le fait d’être prévenu tôt que le film figurait au palmarès nous a laissé croire que ce serait pour une récompense attribuée au début, imaginait son entourage. On a cru au prix du scénario.» C’était le meilleur moyen de ne pas être déçu.

Alice Rohrwacher

La jeune réalisatrice italienne avait «pleuré de joie en apprenant sa sélection en compétition», selon Thierry Frémaux. Pouvait-elle se douter qu'elle recevrait une récompense aussi importante que le Grand prix? Sans doute pas, vu l'accueil mitigé réservé aux Merveilles, son deuxième long-métrage…

Jean-Luc Godard

«Par esprit de contradiction», le cinéaste suisse avait confié à la Radio Télévision Suisse qu’il préférait ne recevoir «aucun prix». Ou alors la palme d’or, «pour l’offrir à [son] conseiller fiscal». Adieu au langage n’a pas reçu la Palme d’or. Le conseiller de Godard se satisfera-t-il d’un prix du jury? 

Ils sont forcément déçus

Xavier Dolan

A 25 ans, Xavier Dolan aurait pu à la fois devenir le plus jeune palmé d’or de l’histoire et dépoussiérer l’image du festival de Cannes. Il le savait, même si son entourage l'a mis en garde jusqu’au bout. «Ai-je le droit d'espérer?» a-t-il demandé dans la voiture qui le conduisait au pied des marches. A l’arrivée, le jeune Québecois «n'a pas remporté la palme d'or, mais il a au moins gagné la palme du cœur», souligne son attachée de presse en parlant de l'accueil exceptionnel de Mommy sur la Croisette.

Abderrhamane Sissako

Amère déconvenue pour le cinéaste mauritanien, qui a passé tout le festival en position de favori pour ne remporter finalement aucun prix. «On lui a conseillé de rester dans la région», raconte ses proches. Revenu à Cannes le jour J, il a d’abord voulu participer à la cérémonie avant de se raviser. La déception était trop lourde à porter.

Naomi Kawase

La réalisatrice japonaise a monté les marches en sachant qu'elle n'aurait rien. Fair play? Repentance, plutôt. Convaincue que son film était le plus abouti de sa carrière, elle s'est crue palmée d'avance et l'a clamé haut et fort à ses compatriotes. Si bien qu'elle s'est sentie obligée de convoquer la presse japonaise à l'issue de la cérémonie pour s'expliquer et s'excuser.