Festival de Cannes: Un maître de la photo célébré sur la Croisette

CANNES Le prix Angénieux Thales est revenu au chef opérateur Zsigmond Vildmond qui a travaillé avec les plus grands cinéastes...  

- De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Zsigmond Vilmos
Zsigmond Vilmos — Filmtekercs

Le nom de Zsigmond Vilmos est plus connu des professionnels que du grand public. Pourtant, de grands cinéastes ont confié l'image de leurs films à ce chef-opérateur hongrois de génie qui vient de remporter le prix Angénieux à Cannes.

Une filmographie impressionnante

«C’est une fierté que d'être récompensé pour ma carrière et de succéder à Philippe Rousselot»,dit-til. Sa modestie honore ce monsieur délicieux à l'on doit - excusez du peu l'image de grands classiques comme Voyage au bout de l'enfer (Michael Cimino, 1978), John McCabe (Robert Altman) ou Déliverance (John Boorman, 1972). «Un grand réalisateur est quelqu'un qui sait ce qu'il veut tout en vous laissant apporter des suggestions et l'épauler», dit-il. Ce qu'on su faire des cinéastes aussi prestigieux que Woody Allen ou Brian De Palma.


Ni nostalgique, ni passéiste...

Le chef opérateur ne regrette pas le passage au numérique qu'il juge de plus en plus performant. «L'erreur serait cependant de penser que ces nouvelles techniques dispensent d'éclairer les films. Le métier de chef opérateur a encore de beaux jours devant lui». Sigmond Vilmond est en revanche mois enthousiaste pour ce qui concerne la 3-D relief «un gadget dont on voit déjà les limites». Faisant fi des modes, le maître désire continuer à travailler jusqu'à ce que la vie en décide autrement...

Pour consulter l’édition numérique spéciale Festival de Cannes, située à la fin de votre journal, cliquez ici
Si vous êtes sur mobile, cliquez là

Votre édition spéciale est également disponible dans l’application 20 Minutes - Le journal disponible sur l’Apple Store et Google Play.