Cannes: Tout savoir sur "Les Merveilles", d'Alice Rohrwacher

CANNES En compétition ce lundi: le second film de l'Italienne Alice Rohrwacher ou comment le tournage d'un jeu télévisisé va perturber la vie d'une famille dans un village isolé...

Stéphane Leblanc

— 

Les merveilles
Les merveilles — Ad Vitam

Sa sœur actrice est plus connue qu’elle en Italie, mais Alice Rohrwacher est la jeune cinéaste qui monte.

Si le film m’était conté

Dans un village de Ombrie, une famille vit de la production de miel dans une ferme, en parfaite communion avec la nature. Jusqu’au jour où la famille accueille un jeune délinquant dans le cadre d’un programme de réinsertion tandis que le tournage d'un jeu télévisé intitulé Le Village des merveilles s'installe dans la région.

Si sa sélection m’était expliquée

Il aurait été reproché au festival de ne pas sélectionner au moins un film italien en compétition. Et c’est celui d’une Italienne qui a été retenu: Alice Rohrwacher, cinéaste prometteuse encore peu connue, mais pas une inconnue non plus. Les Merveilles est son deuxième long métrage après Corpo Celeste, qui avait beaucoup plu à la Quinzaine en 2011.

Si on m’avait dit ça

Dans ce film, la réalisatrice dirige sa propre sœur, Alba, actrice bien plus connue qu’elle en Italie, où elle a déjà reçu deux prix d’interprétation féminine à la Mostra de Venise en 2010 et 2013. Mais il y a aussi une star face à elle, Monica Bellucci, qu’on n’avait plus vue sur les écrans depuis Des gens qui s’embrassent, de Danièle Thompson, en avril 2013.

Si 20 Minutes était juré

Le prix d'interprétation féminine pourrait éventuellement revenir à une troisième actrice, la toute jeune Alexandra Lungu, qui joue le rôle principal de l'adolescente Gelsomina. Mais si elle est formidable, le reste du film l'est hélas beaucoup moins et Les merveilles porte mal son titre. Filmage approximatif, personnages caricaturaux, mise en scène assez plate: c'est assurément pour l'instant le film le plus faible de la compétition.