Cannes: Tout savoir sur «Winter Sleep» de Nuri Bilge Ceylan

CANNES Plus c’est long, plus c’est bon avec les films de ce cinéaste turc, souvent primé à Cannes... Celui-ci dure 3h16 et ne devrait pas faire exception…

Stéphane Leblanc

— 

Winter Sleep
Winter Sleep — Nuri Bilge Ceylan

Une fois de plus, Nuri Bilge Ceylan joue des contrastes entre l’immensité des paysages enneigés et une intimité bouillonnante.

Si le film m’était conté

Un comédien à la retraite tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse et sa sœur qui vient de divorcer. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements…


"Winter Sleep" (Sommeil D'Hiver) - Bande... par PlaneteCinephile

Si sa sélection m’était expliquée

Le cinéaste turc est un habitué de la compétition cannoise. Et c'est un immense réalisateur: il a été récompensé par un Prix de la Mise en scène pour Les Trois Singes en 2008 et deux Grands prix, pour Uzak en 2003 et Il était une fois en Anatolie en 2011, et du prix Fipresci de la presse internationale en 2006 pour Les Climats.

Si on m’avait dit

De film en film, Nuri Bilge Ceylan décline toujours le même thème, "cet acharnement vain qu'ont les hommes à poursuivre leurs efforts sans jamais baisser les bras, et ce malgré la solitude, la tristesse parfois, et les rebondissements tragi-comiques qui les mènent vers leurs destinées". Winter Sleep est juste un peu plus bavard que d'habitude, parfois drôle et même truculent.

Si 20Minutes était juré

Le cinéphile qui sommeille en chacun de nous ne peut que militer pour une palme d'or. Pas sûr que le jury ose franchir le pas néanmoins, pour un film assez austère malgré tout. D'autant que cette année, la concurrence est rude et l'unique projection de Winter Sleep, dans le stress du milieu de l'après-midi (ou au moment de la sieste), n'aide pas à l'apprécier dans toute sa splendeur.