VIDEO.Cannes: La Quinzaine a le sens de l’humour saignant

CINEMA Des films noirs, des comédies, la reprise de «Massacre à la tronçonneuse»… La Quinzaine entend faire passer un bon moment aux festivaliers sur la Croisette…

Stéphane Leblanc

— 

L'Affiche de la Quinzaine des réalisateurs en 2014
L'Affiche de la Quinzaine des réalisateurs en 2014 — Quinzaine des réalisateurs

Branchée, la Quinzaine des réalisateurs? Peut-être pas mais cinéphile assurément, vu la programmation massive de vétérans prestigieux: Frederick Wiseman, 83 ans, pour National Gallery, un documentaire sur le musée londonien, John Boorman, 81 ans avec son nouveau film Queen and country, Isao Takahata, 78 ans, déjà programmé à Annecy avec son adaptation en film d’animation du Conte de la Princesse Kaguya, que connaissent toutes les petites filles japonaises, Tobe Hooper, 73 ans, avec… Massacre à la tronçonneuse. Oui, le film culte de 1974 qui sera projeté dans une version restaurée en 4K ! Assurément, ça va saigner sur la Croisette et ce sera l’occasion de rappeler à quel point ce film avait fait scandale il y a 40 ans, au point d’être tout bonnement interdit.

Il y a bien aussi quelques jeunes réalisateurs dans la liste des sélectionnés, comme Céline Sciamma, la réalisatrice de Naissance des pieuvres et de Tomboy, en ouverture avec Bande de fille (dont le teaser est ici)Ou Damien Chazelle, avec Whipalsh, son dernier film Grand Prix du Festival de Sundance.

Noir et drôle

D’autres sont moins jeunes, comme Bruno Dumont qui, avec P’tit Quinquin, signe un film «noir et drôle», selon le délégué de la Quinzaine Edouard Waintrop, qui ne manque sans doute pas d’humour. «Il y aura quatre comédies, prévient-il avant de présenter le film de clôture, Pride, sur l’éphémère alliance entre les mineurs et les homosexuels du Pays de Galles dans les années 1980. «C’est un acte politique de sélectionner ce film, dit-il. Mais comme en plus c’est un film drôle, nous terminerons j’espère sur un éclat de rire.»