«Noé»: Darren Aronosfky revisite la Bible à sa façon

CINEMA Avec «Noé», le réalisateur de «Black Swan» signe une fresque biblique très personnelle...

Caroline Vié
— 
Noé
Noé — Paramount Pictures

Cela fait plus de trente ans que Darren Aronofsky porte en lui le personnage de Noé. Sa première contribution au mythe est un poème qu'il a écrit en classe alors qu'il n'avait que 13 ans...«J'ai eu envie de raconter cette histoire au cinéma car personne ne l'avait fait avant moi à part John Huston dans La Bible (1966), film médiocre où il incarnait lui-même Noé», raconte le cinéaste.

Une adaptation fidèle

Le réalisateur de Black Swan (2011) a été frappé par la résonnance de son sujet dans l'actualité. «Protéger la nature et les animaux parle à tout le monde de nos jours. C'était vraiment le moment de faire ce film et de retrouver la dimension épique de Noé que je considère comme l'un des premiers super-héros de l'humanité», explique Aronofsky. Il a souhaité rester le plus fidèle possible à l'histoire originale y compris dans ses thèmes les plus épineux. «L'inceste est un sujet souvent évoqué dans la Bible», dit-il.

Un blockbuster philosophique

Les scènes spectaculaires abondent dans le film. Du déluge impressionnant aux Veilleurs, anges déchus pétrifiés, le spectateur en prend plein les mirettes. «Distraire et faire réfléchir étaient mes deux priorités, avoue le cinéaste. Je voulais prouver qu'on peut faire un blockbuster philosophique». Il refuse catégoriquement de parler de ses propres croyances. «Ce qui compte, c'est le film! Pas ce que je pense! Je n'avais besoin de me droguer pour parler d'héroïnomanes dans Requiem for a Dream (2000)». Au spectateur de se faire son opinion ce mercredi...