VIDEO. Les sept sceaux d'Ingmar Bergman

CINEMA Sept raisons de redécouvrir le cinéma d’Ingmar Bergman au moment où sept de ses meilleurs films ressortent restaurés, en salles et en copies DVD/Blu-ray...

Stéphane Leblanc

— 

Sourire d'une nuit d'été, premier succès international de Bergman
Sourire d'une nuit d'été, premier succès international de Bergman — AB SVENSK FILMINDUSTRI

Non, Ingmar Bergman (1918-2007) n’est pas qu'un réalisateur austère et froid. «Son œuvre est beaucoup plus diversifiée qu’on l'imagine», souligne l’historien du cinéma N.T. Binh, auteur de Ingmar Bergman, le Magicien du Nord (Gallimard), au moment où sept de ses meilleurs films ressortent dans les salles et en DVD et Blu-ray (Carlotta/Studiocanal) dans des copies somptueusement restaurées. Voici sept qualificatifs pour définir ce cinéaste singulier.

Ironique

Pendant plus de dix ans, Bergman alterne projets personnels, oeuvres légères et films de commande. «Le premier qui le fait réellement connaître hors de Suède est une comédie», rappelle N.T. Binh: c'est Sourires d’une nuit d’été, qui obtient le prix de l’humour poétique à Cannes, en 1956.

Libre

Après ce succès, les studios qui l’employaient lui laissent carte blanche pour le suivant. Ce sera la fable moyenâgeuse et métaphysique Le Septième sceau, «réalisée en extérieur avec un budget ridicule». Dès lors, il continuera d'enchainer les films sérieux aptes à plaire aux festivals du monde entier, et d'autres plus légers, qui n’auront pas moins de succès.

Sensuel

Bergman a fait très tôt scandale par l’érotisme de son cinéma, une sensualité sans tabou. A l’image de Monika (qui ne figure pas dans la rétrospective, mais) dont «la scène de nu entraine sa sortie en France dans le circuit du cinéma pornographique», rappelle N.T. Binh. C’est aussi un cinéaste qui «filmait de façon extraordinaire les actrices, dont la plupart, de Bibi Andersson à Liv Ullmann, sont devenues célèbres». 

Lumineux

L’image a une importance capitale chez Bergman qui tournait un film chaque été, entre deux saisons théâtrales. «A la maestria de ses mises en scène s’ajoute la magie de la lumière des étés scandinaves».

Inventif

Bergman, «c’est l’équivalent suédois de Resnais ou d’Antonioni: des artistes qui font un cinéma qui bouge, qui innove.» La curiosité poussait les spectateurs à aller voir le dernier Bergman dès sa sortie en salles. «Et ils avaient du succès», note N.T. Binh.

Moderne

En 1973, trois millions de téléspectateurs, soit plus du tiers de la population suédoise, suivent les derniers épisodes de la série «Scènes de la vie conjugale», qui raconte la vie tumultueuse d’un couple à l’écran. La série devient un phénomène de société, on le rend responsable de l’augmentation des divorces... Le créateur de la série «Dallas» dira même s’en être inspiré.

Exemplaire

Très fort pour  raconter des histoires de règlements de compte (avec Dieu, son père, ses femmes), le cinéaste a fait beaucoup de disciples. Pas seulement le créateur de «Dallas», mais «des cinéastes aussi différents que Woody Allen, Martin Scorsese, William Friedkin ou Arnaud Desplechin, qui ne cessent de s’en réclamer».