«Patéma», encore une belle découverte de l'animation japonaise

CINEMA Dans «Patéma et le monde inversé», film d'animation inventif, deux ados venus d'univers séparés, vont connaître des aventures variées...

Caroline Vié

— 

Patéma et le monde inversé
Patéma et le monde inversé — Eurozoom

Il vit dans un univers souterrain. Elle habite au-dessus de sa tête au sein d'une communauté régie par un tyran. Une chute accidentelle va leur permettre de se rencontrer. Dans Patéma et le monde inversé, deux adolescents, dont les habitats ont été séparés par une catastrophe écologique, se découvrent merveilleusement complices.

Un nom à retenir

L'anime, ou animation japonaise, offre de belles surprises ces temps derniers et Patéma, présenté le week-end dernier au festival de Deauville-Asie, en est une de taille! Yosuhiro Yoshuira, découvert avec Time of Eve (2010), poursuit ici l'histoire qu'il a entamée avec une série diffusée en 2012 sur le Net avant d'être adaptée en manga l'année suivante. On pense évidemment à Upside-Down, film en prises de vue réelles sorti l'an dernier en voyant le pitch de Patéma. La version animée est cependant plus réussie et nettement plus inventive que la bluette de Juan Solanas.

Dépaysant à souhait

Grand Fan de Ghost in the Shell (Mamoru Oshii, 1995), le réalisateur défie les lois de la physique en offrant une suite de séquences visuellement époustouflantes en même temps qu'une réflexion sur la vie. La sympathie qui se dégage de ses personnages comme la façon dont il joue sur les différences entre les deux mondes permet au spectateur de s'envoler avec les héros. Entre science-fiction high-tech et romantisme échevelé, entre action et contemplation, Patéma trace sa route sur le chemin d'une animation bourrée d'idées et de poésie. De l'anime comme on l'aime !