Après 12 ans, les films de Jacques Tati enfin restaurés

Stéphane Leblanc
— 
Les Vacances de Monsieur Hulot (1953)
Les Vacances de Monsieur Hulot (1953) — Les Films de Mon Oncle

Fruit d’un long travail commencé vingt ans après la mort du cinéaste avec Play Time et terminé l’été dernier avec Jour de fête, l’œuvre du cinéaste décédé en 1982 est enfin restaurée… Studiocanal édite ce mardi l’intégralité des films de Jacques Tati en coffret DVD (69 euros) et Blu-ray (89 euros).

1-On retrouve ses films «tels qu’il aurait souhaité les laisser»

La restauration de l’œuvre de Jacques Tati fut un travail de longue haleine. Vingt ans après la mort du cinéaste en 1982, «certaines pellicules tombaient en poussière» rappelle Macha Makeïeff. Avec Jérôme Deschamps, neveu par alliance de Jacques Tati, ils ont créé la société Les films de Mon oncle dans le but de pérenniser son œuvre et la  remettre en état, «du moins tel qu’il aurait souhaité la laisser», savoure Macha Makeieff.

2- Sa modernité éclate d’un film à l’autre

«Tati a commencé là où nous avions terminé», disait Buster Keaton. Lorsque le cinéma est passé du muet au parlant, quand tout était à inventer. Il a tourné Jour de fête avec deux caméras, l’une en noir et blanc et l’autre en couleurs, à une époque où la couleur n’était pas encore au point. Il a réalisé Playtime en 70mm en exploitant les effets de transparence que les architectes et les urbanistes commençaient tout juste à prendre en compte. «Artistiquement parlant, c’était un homme à la pointe du progrès, souvent en avance sur son époque», insiste Macha Makeïeff.. 

3-Son corps en dit plus que la parole

Monsieur Hulot, son héros, est un inadapté au charme désuet, «mais qui sait se tenir, dans la tradition des comiques anglo-saxons», sourit Macha Makeïeff. Jacques Tati n’a jamais été très à l’aise avec la parole et c’est sans doute ce qui lui a permis de mettre à profit son long corps dégingandé… Quasiment muette, la partie de tennis des Vacances de Monsieur Hulot voit son efficacité comique redoublée par le soin apporté aux détails et aux bruitages. «Le son est très important pour cet homme qui a vécu le passage du muet au parlant dans sa chair», souligne Macha Makeieff.

4-Un cinéaste au rayonnement universel

«Tati a toujours s’est toujours adressé au monde entier», rappelle Macha Makeïeff. Pour une scène des Vacances de Monsieur Hulot, Tati s’inquiète: «Est-ce qu’ils jouent aux mots croisés aux Etats-Unis?» Comme ce n’était pas le cas, la scène n’a pas été tournée. Il réalise deux versions de Mon Oncle, l’une en français l’autre en anglais, ce qui vaut au film d’être vu à Hollywood et contribue sans doute à son Oscar. Aujourd’hui, Playtime et Mon Oncle sont inscrits au MoMa, et tous les artistes bricoleurs, de Pierrick Sorin à Michel Gondry se réclament de son héritage. «Bien sûr Hulot c’est un peu moi, mais c’est aussi un peu vous tous», disait-il en 1959.