«Jacky au royaume des filles», le retour de Riad Sattouf

CINEMA Le réalisateur des «Beaux gosses» signe une comédie délirante sur un univers dominé par les femmes...

Caroline Vié

— 

Pathé, 2014.

Riad Sattouf, réalisateur des Beaux gosses (2009) est de retour avec un joyeux délire, Jacky au royaume des filles. Il y plonge son complice de son précédent film, Vincent Lacoste, dans un monde dominé par les femmes. «C’est une idée que j’avais depuis longtemps car j’aime à me rire de la domination masculine ce que je fais dans mes bédés», explique le cinéaste.

Des stars complices

Loin de l’intimider, le succès public et critique des Beaux gosses l’a aidé. «Tout le monde était bienveillant à mon égard et a compris mon envie de faire quelque chose de différent», dit-il. Charlotte Gainsbourg épatante en colonelle, Anémone en dictatrice et Didier Bourdon en bonniche sont entrés dans son délire avec gourmandise. «Il est vrai qu’ils sont tous arrivés porteurs de leur impressionnant bagage cinématographique, mais ils n’ont jamais cherché à m’intimider», insiste Sattouf.

Une Cendrillon pas comme les autres

Détournant les codes du conte de fées, Riad Sattouf fait évoluer des hommes voilés devant  des femmes autoritaires. «J'avaismême voulu féminiser tous les mots masculins mais j’ai craint de lasser», explique-t-il. Si son film se révèle un brin bordélique, il séduit cependant par son originalité et son humour potache. «J’espère que les gens riront puis que cela les conduira en douceur à penser aux rôles des hommes et des femmes dans la société», avoue-t-il. En attendant la sortie de Jacky, Raid Sattouf a réintégré son atelier pour mettre la dernière main à sa nouvelle bande dessinée «L’Arabe du futur» sur son enfance en Syrie avec son père qui rêvait de faire de la politique.  «Je vois pas pourquoi je devrais choisir entre toute mes activités», conclut-il. Nous non plus.