VIDÉO. Des films de kung-fu à «Blade Runner», le style flamboyant des productions Shaw Brothers

VIDEORAMA Alors que Run Run Shaw est décédé à l’âge de 106 ans, retour sur quelques films produits par cet homme et son frère…

Joël Métreau
— 
Gordon Liu dans La 36e chambre de Shaolin (1978).
Gordon Liu dans La 36e chambre de Shaolin (1978). — Wild Side

C’est plus de 1.000 films qu’ont produit Run Run et Runme Shaw, les fameux Shaw Brothers, entre 1924 et 1987. Ils ont même coproduit des films anglo-saxons comme Meteor, en 1979, et le classique de la science-fiction Blade Runner. Mais ils sont surtout connus pour avoir accompagnés et soutenus une floppée de films d’arts martiaux, un genre appelé Wu Xia Pan, à partir de la fin des années 1960, après avoir fondé une filiale à Hong Kong. Après avoir fait ses armes comme assistant auprès de Chang Cheh, l'un des réalisateurs-phares des Shaw Brothers, John Woo se lance de ses propres ailes avant d'être débauché par Hollywood.



Avec des combats qui ressemblent davantage à des chorégraphies, les long-métrages des Shaw Brothers ont autant inspiré John Woo que Quentin Tarantino pour Kill Bill (2003) et Lana et Andy Wachowski avec la trilogie Matrix (dès 1999). Un genre également remis au goût du jour en Asie grâce aux succès de Tigre et dragon de Ang Lee en 2000 et du Secret des poignards volants de Zhang Yimou en 2004.

C’est le classique des films des Shaw Brothers. En 1966, sort L’Hirondelle d’or, qui met en scène une héroïne, l’actrice Cheng Pei-Pei. Ang Lee lui rendra d’ailleurs hommage en lui confiant le rôle de Jade Fox dans Tigre et Dragon. Le pitch? Hirondelle d’or part à la recherche de son frère kidnappé par des bandits. Le film connaît une suite en 1968, C’est Le retour de l’hirondelle d’or.



 En 1967, Un seul bras les tua tous démarre la trilogie du «Sabreur manchot» et propulse l’acteur Jimmy Wang Yu au rang de superstar. Dans ce film, un homme dont le bras a été tranché parvient à développer un style de combat féroce et unique. Passionné par ce film le cinéaste Tsui Hark en réalise un remake, The Blade, en 1995. Un seul bras les tua tous sera suivi du bras de la vengeance et de La Rage du Tigre.



Sommet du kitsch et véritable bijou pop: La diablesse aux 1000 visages (1969). «Une ambiance psychédélique à la James Bond, typique de la fin des années 60, [ce film] est une sorte de version féminine et sexy de la trilogie Fantomas de André Hunebelle», note le spécialiste du cinéma hongkongais Frédéric Ambroisine.



Les Quatorze amazones (1972) rend hommage aux récits et légendes des Généraux de la famille Yang. Outre son casting très féminin et son gros budget, ce long-métrage épique d’action s’est aussi rendu célèbre par des scènes d’anthologie comme celle où les combattants forment un gigantesque pont humain. 



A mi-chemin entre le film d’espionnage et le film de kung-fu, Cleopatra Jones and the Casino of Gold (1975) est une curiosité. Cette coproduction des Shaw Brothers avec Warner Bros appartient au genre alors en vogue de la Blaxploitation. Cleopatra Jones (Tamara Dobson) part à Hong Kong pour régler leur sort à des truands et casse tout sur son passage.



Cleopatra Jones & The Casino Of Gold (1975... par Melvin-X

Autre trilogie célèbre des Shaw Brothers , celle dite de la «36e chambre», entamée en 1978 avec La 36e chambre de Shaolin. Le film révèle l’acteur Gordon Liu, auquel Quentin Tarantino rend hommage en faisant de lui le maître de Uma Thurman dans Kill Bill: Volume 2. Le dernier opus, en 1985, Les Disciples de la 36e chambre ne se prend même plus vraiment au sérieux, en ajoutant une bonne dose de comédie.



Le saviez-vous ? Il existe cinq styles de kung-fu, inspirés des cinq poisons du bouddhisme. Mille-pattes, crapaud, scorpion, lézard et serpent. Dans le film culte Cinq venins mortels (1978), un stagiaire en kung-fu doit arrêter les cinq criminels qui la pratiquent… Quentin Tarantino y fait explicitement référence dans Kill Bill avec son «Détachement international des vipères assassines».



Run Run Shaw va aussi coproduire des films internationaux avec plus ou moins de succès. Le film catastrophe Meteor (1979) raconte comment dans le contexte de la Guerre froide, les Etats-Unis et l’URSS mettent leurs bisbilles de côté pour combattre l’astéroïde qui leur fonce dessus. Un vrai nanar à gros budget, avec Sean Connery et Natalie Wood au casting.



Mais la plus belle coproduction internationale de Run Run Shaw c’est indubitablement le film de science-fiction Blade Runner (1982), de Ridley Scott, dans un Los Angeles futuristes très marqué par les influences asiatiques.



Des films disponibles chez Wild Side

Wild Side distribue en France un large pan du catalogue de la Shaw Brothers, le studio mythique de Hong Kong. Depuis 2004, Wild Side a sorti 47 films en DVD, voire en Blu-ray (la trilogie «36e Chambre de Shaolin», la trilogie du Sabreur Manchot), et certains en salles (L'Hirondelle d'or, La Rage du Tigre, La Main de fer, Les 14 Amazones). Tous restaurés à partir des négatifs originaux et accompagnés de compléments et de documentaires spécialement produits pour l'occasion. Ces films sont également disponibles en VOD sur la plateforme FilmoTV.