Seul un film français sur dix est rentable

B.C.
— 
Le film Turf, de Fabien Onteniente, a été l'un des moins rentables de 2013
Le film Turf, de Fabien Onteniente, a été l'un des moins rentables de 2013 — Alain Guizard / Daniel Angeli

Seuls 10% des films français sortis en salle en 2013 ont été rentables. Et parmi eux, surtout des comédies. A l’occasion de ses Assises de la diversité du cinéma, le Centre national du cinéma (CNC) publie une étude approfondie sur la rentabilité des films français.

Les films chers et pas rentables

Aucun des vingt films les plus chers de l’année n’a rapporté autant qu’ils ont coûté. Parmi eux,L’écume des jours, Jappeloup, Boule et Bill, En solitaire

Les pires flops sont Turf, Au bonheur des Ogres et Gibraltar, qui ont rapporté dix fois moins que ce qu’ils ont coûté à produire.

La BD fait recette

Les bons élèves se nomment La vie d’Adèle, film le plus rentable de 2013, Les profs et Neuf mois ferme.

Le film d’Abdellatif Kechiche a coûté quatre millions d’euros à produire et sa rentabilité finale est estimée à 219% par l’étude du CNC.

Autre film tiré d’une bande dessinée, Les profs, de Pierre-François Martin-Laval avait coûté 11,8 millions d’euros et a attiré quatre millions de téléspectateurs (record de 2013 pour un film français) pour une rentabilité estimée à 196%.

Pour connaître dans le détail, les tops et les flops de l’année, l’intégralité de l’étude est disponible en ligne.