Le cinéma chinois dominera bientôt le monde, selon Ang Lee

B.C. avec AFP

— 

Extrait de Tigre et Dragon, de Ang Lee (2000)
Extrait de Tigre et Dragon, de Ang Lee (2000) — WEBER/SIPA

«Nous allons finir par dominer, nous allons tout emporter.» Par «nous», Ang Lee entend «les locuteurs de chinois» qui sont «probablement quatre fois plus nombreux que les anglophones».

Le réalisateur taïwanais estime ainsi que le cinéma chinois sera bientôt plus rentable que celui d’Hollywood d’ici dix ans.

Pas besoin de «s’adapter»

«Cela se fera naturellement», poursuit Ang Lee qui ne pense pas que le cinéma chinois ait à «s’adapter» pour dépasser Hollywood.

«Il est important que nous continuions à faire ce que nous savons faire. Il y aura des hauts et des bas mais ça paiera», a-t-il précisé.

La barre des 10 milliards de dollars

Vivant à New York, Ang Lee est actuellement à Taïwan pour préparer la 50e édition des Golden Horse, cérémonie du cinéma d'expression chinoise qui se tient à Taïwan le 23 novembre.

Le box office chinois a généré 2,8 milliards de dollars de revenus en 2012, contre 10,8 milliards pour Hollywood, selon certains analystes. Si son taux de croissance se maintient, le marché chinois du film sera le premier au monde d'ici à 2020, toujours selon ces analyses économiques et non pas selon l'horoscope chinois.

Pour mémoire, Ang Lee a reçu à deux reprises l’Oscar du meilleur réalisateur, en 2006 pour Le secret de Brokeback Mountain et 2013 pour L'odyssée de Pi.