François Cluzet prend la mer dans «En solitaire»

CINEMA François Cluzet n'a pas hésité à mouiller sa chemise pour le tournage d'«En solitaire»...

Caroline Vié

— 

Gaumont, 2013

Avant de voir Robert Redford perdu sur son voilier dans All is lost et Tom Hanks kidnappé par des pirates dans Capitaine Phillips, vous pourrez réveiller le vieux loup de mer qui sommeille en montant à bord du monocoque de François Cluzet pour En solitaire de Christophe Offenstein. Il y incarne un skippeur du Vendée Globe qui voit sa victoire compromise lorsqu’il découvre un jeune passager clandestin à son bord.

Du réalisme avant tout

Pour son premier film en tant que réalisateur, le chef-opérateur Christophe Offenstein a misé à fond sur le réalisme des scènes maritimes. Il a d’abord essayé de recréer les conditions de la course en studio avant de choisir d’envoyer son équipe en pleine mer. Il a même profité du départ du véritable Vendée Globe pour réaliser quelques séquences dans la baie des Sables-d’Olonne avec le soutien des organisateurs emballés par son projet.

Un tournage très physique

François Cluzet a, de son côté, rencontré plusieurs grands skippeurs pour recueillir leurs conseils avant de prendre place à bord du DCNS 1000, monocoque de près de vingt mètres de long. Dix-huit personnes ont été réunies pour entourer le comédien pour ce voyage mouvementé où il donne la réplique au jeune Samy Seghir, découvert dans Neuilly sa mère ! Quarante trois jours d’un tournage très physique ont été nécessaires pour mettre en boite des plans époustouflants qui font regretter les passages situé sur la plancher des vaches largement moins convaincants malgré la présence de Guillaume Canet et Virginie Efira.