«After School Midnighters», animation idéale pour Halloween

CINEMA Envie de rire et de frissonner pour Halloween? «After School Midnighters» est le film d'animation qu'il vous faut...

Caroline Vié

— 

Eurozoom, 2013

Trois gamines plutôt pestes sèment la panique dans le département «sciences naturelles» désaffecté de leur lycée. Les habitants de l’endroit (écorché autoritaire et squelette à moustache en tête) n’en reviennent pas de leur intrusion. Surtout que les mômes ne sont pas faciles à terroriser…

A terreurs, terreurs et demie

Quel étrange film d’animation quAfter School Midnighters! Graphismes originaux et personnages qui ne le sont pas moins surprennent les spectateurs dès l’arrivée du trio d’héroïnes qui transforment le pauvre écorché en œuvre digne d’une expo d’art moderne. Entre créature fantastiques et bambines pleines de vie, style «kawai» (mignon en japonais) et délire gothique, Hitoshi Takekiyo a créé une esthétique joyeusement foutraque et constamment surprenante.

Débuts prometteurs

Ce premier long-métrage tourné en motion capture étonne par sa liberté de ton comme par ses protagonistes hors du commun. On a un faible pour trio de lapins à demi écorchés et pour le mannequin anatomique surnommé «l’empereur dénudé» qui pousse la chansonnette en improvisant des chorégraphies kitsch à souhait. Le manque évident de moyen rend l’ensemble un peu bancal sans pour autant empêcher de se laisser prendre dans ce conte macabre fort drôle. Hitoshi Takekiyo se réclame à la fois de Moebius et de Tim Burton, un cocktail d’influences digne d’une potion de sorcière. On attend avec gourmandise et la prochaine œuvre de ce cinéaste qu’on a envie de suivre de très près.