José Garcia et Isabelle Doval, la vérité derrière «Fonzy»

CINEMA Isabelle Doval et José Garcia se sont renseigné sur les enfants né d'insémination artificielle avec donneur pour la comédie «Fonzy»...

Caroline Vié

— 

StudioCanal,2013

On s’amuse en regardant Fonzy, relecture d’Isabelle Doval et José Garcia de Starbuck, succès québécois écrit par Ken Scott et Martin Petit. Le duo français oscille entre humour et tendresse pour raconter les aventures d’un brave garçon qui se découvre géniteur de 533 enfants après avoir donné son sperme lorsqu’il était étudiant.

Une douleur insupportable

«Le terme «géniteur » est important, précise la réalisatrice Isabelle Doval. Les enfants nés d’insémination avec don de sperme (IAD) refusent de parler de père biologique car ils considèrent que leur père est la personne qui les a élevés». Garcia et Doval se sont livrés à des recherches très sérieuses avant de se lancer dans l’écriture et ont rencontré quelques-uns des 50000 Français nés par IAD. «Ne pas connaître 23% de leurs chromosomes et d’ignorer donc 50% de leur patrimoine génétique constitue une souffrance insupportable pour certains d’entre eux», explique José Garcia.

Un bel acte d’amour

Le couple, époux à la ville, a dû modifier le scénario pour le faire coller aux lois françaises. «Chez nous, on ne peut donner son sperme que dix fois et on doit demander l’accord de sa femme quand on est marié. De plus, les dons de ce genre doivent être gratuits. Tout est très compartimenté pour éviter les éventuels soucis de consanguinité», dit Isabelle Doval. Par delà, les détails techniques, le duo avoue avoir été «ému par le magnifique geste d’amour que constitue le fait d’avoir un enfant ainsi». C’est surtout cela qui transparait dans leur film riche en émotions.