Sandra Bullock et Alfonso Cuaron, complices pour «Gravity»

CINEMA C'est ensemble que le réalisateur Alfonso Cuaron et Sandra Bullock ont répondu aux questions de 20 Minutes sur «Gravity»...

Caroline Vié

— 

George Clooney et Sandra Bullock
George Clooney et Sandra Bullock — Warne Bros Entertainement Inc, 2013

Alfonso Cuaron et Sandra Bullock peuvent se réjouir. Gravity s’est envolé aux sommets du box-office. Le duo, tout heureux de présenter le film à Londres, est revenu sur son expérience pour 20 Minutes

Comment avez-vous réagi en voyant le film terminé ?

Alfonso Cuaron: Je ne pensais qu’aux problèmes que j’avais dû résoudre aux cours de la production, à tous les soucis techniques pour rendre l'ensemble crédible. Je compte retourner le voir très bientôt en salle avec du public payant.

Sandra Bullock: C’était la première fois que je voyais un film dans lequel je joue en m’oubliant totalement. J’étais emportée par une vague d’émotions et j’avais l’impression de plonger dans la tête d’Alfonso. J’ai une chance extraordinaire qu’on me propose un aussi beau rôle à mon âge.

En quoi cette production était-elle exceptionnelle ?

S. B.: Un grand studio a accepté de financer le film alors qu’Alfonso n’avait rien de concret à leur montrer. Deux personnes perdues dans l'espace, cela aurait pu effrayer, mais les producteurs lui ont fait une confiance absolue, mettant la main au portefeuille pour concrétiser sa vision en espérant ne pas être déçus.

A.C.: Il faut dire que ce tournage était un vrai festival de prototypes ! Nous n’avons mis au point les divers systèmes de grues et de filins destinés à faire évoluer les acteurs en apesanteur que la veille du premier jour de tournage…

Le triomphe de Gravity est-il un soulagement pour vous ?

S.B.: Je me suis habituée à recevoir des réactions plutôt différentes pour mes films alors cela m’a fait vraiment du bien. Ce succès conclut quatre ans et demi d’une aventure incroyable et d'un tournage très dur. On trouve des spectateurs de toutes les tranches d’âge dans les salles et ça, c’est vraiment rare.

A.C.: Le fait que votre film rapporte de l’argent ne le rend pas meilleur ou pire. Ce qui est vraiment gratifiant est que le film touche le public et que les gens aient envie de le voir.

Comment expliquez-vous ce succès ?

A.C.: Gravity est surtout centré sur une expérience humaine. Mon boulot était de faire oublier la performance technique pour mettre en valeur celles de Sandra et de George Clooney. Ce sont leurs émotions qui comptent.

S.B.: On peut s’identifier aux personnages parce que, même si on n’a jamais été largué dans l’espace, on a tous connu des occasions où on a l’impression qu’on ne va pas se tirer d’affaires.