«9 mois ferme»: Albert Dupontel plus drôle que jamais

CINEMA L'acteur et réalisateur conte les mésaventures d'une juge psychorigide tombée enceinte d'un homme peu fréquentable après une nuit de beuverie...

Caroline Vié

— 

Sandrone Kiberlain et Albert Dupontel dans 9 mois ferme
Sandrone Kiberlain et Albert Dupontel dans 9 mois ferme — Wild Bunch, 2013

Ne dites pas à Albert Dupontel qu’il a signé une oeuvre «grand public» avec 9 mois ferme. L’histoire d’une juge coincée dans sa robe et dans ses habitudes, mais qui tombe enceinte d’un futur papa pas vraiment recommandable. «Je n’ai pas l’impression de m’être assagi, raconte le réalisateur de Bernie. Je considère mon film comme un drame rigolo, une comédie de mœurs déviante.»

La comédie est un drame comme les autres

«Je pars d’une histoire pas vraiment drôle, puis je la modèle de façon à faire rire, explique Albert Dupontel. J’estime que le public qui paye sa place doit s’amuser. C’est une question d’élégance.» Et pour rire, on rit.

Dupontel s’est pourtant très librement inspiré d’un documentaire pas vraiment poilant, 10e chambre, instants d’audience de Raymond Depardon, pour écrire son scénario. «Je me suis rendu compte que la réalité pouvait être absurde et j’ai brodé autour », dit-il. Avocat bègue (génial Nicolas Marié), juge crampon et détenus farfelus (les réalisateurs Jan Kounen, Terry Gilliam et Gaspar Noé s’amusent en stars invitées) peuplent une galerie de personnages délirants. «Les héros sont réalistes, mais les autres personnages le sont moins», dit Dupontel.

Un duo de choc

Si le réalisateur a écrit en pensant à Emma Thompson, il peine à imaginer aujourd’hui quelqu’un d’autre que Sandrine Kiberlain dans le rôle de la juge, qu’il décrit comme un archétype social. «Son humanité, sa tendresse, son émotion vont bien au-delà de son talent d’actrice». Dupontel s’est offert le rôle du partenaire, mauvais garçon au passé compliqué. «J’ai moins de pression en jouant moi-même. Si je prends des grandes stars, j’ai une obligation de résultats. Mais j’aimerais bien mettre en scène d’autres acteurs comme Jean Dujardin qui fait une apparition amicale dans mon film.»

Bien entouré, le duo Kiberlain-Dupontel fait des étincelles dans cette comédie vacharde et tendre, l’une des plus drôles de l’année.