Samantha Geimer, victime de Polanski, publie ses mémoires

CINEMA L'Américaine Samantha Geimer a publié mardi ses mémoires aux Etats-Unis, où elle revient sur la soirée au cours de laquelle elle a eu une relation sexuelle illégale avec le cinéaste…

avec AFP

— 

Une photo de Samantha Geimer, prise par Polanski en 1977. Elle figure sur la couverture des mémoires de Samantha Geimer, publiées aux Etats-Unis par Atria Books.
Une photo de Samantha Geimer, prise par Polanski en 1977. Elle figure sur la couverture des mémoires de Samantha Geimer, publiées aux Etats-Unis par Atria Books. — Roman Polanski/AP/SIPA

Trente-six ans après sa relation sexuelle illégale avec le cinéaste Roman Polanski quand elle avait 13 ans, l'Américaine Samantha Geimer a publié mardi ses mémoires aux Etats-Unis, estimant qu'il était temps pour elle, à 50 ans, de se «réapproprier sa propre histoire» et de pardonner.

Le livre sortira le 10 octobre chez Plon

L'ouvrage devait initialement paraître en France le 3 octobre chez Michel Lafon sous le titre Moi, Samantha, 13 ans, violée par Roman Polanski, avec en couverture un portrait de Samantha adolescente, photographiée par le cinéaste. Coécrit avec son avocat, le livre sortira le 10 octobre sous le titre La Fille. Ma vie dans l'ombre de Roman Polanski, avec en couverture une photo en noir et blanc de Samantha à 13 ans, prise par le cinéaste.

Dans La Fille, Samantha Geimer revient en détail sur cette soirée du 10 mars 1977 où Polanski la fait poser pour des photos, lui fait boire du champagne, lui donne un relaxant avant d'avoir avec elle des relations sexuelles, non consenties dit-elle, dans la maison de Jack Nicholson.

Elle dénonce aussi le système judiciaire californien

Sous le coup de l'alcool et de la drogue, impressionnée par la célébrité du cinéaste et la différence d'âge, elle ne se débat pas, raconte-t-elle. Puis elle dit sa peur, ses larmes, quand il la raccompagne chez elle.

«J'ai été prise en photo par Roman Polanski et il m'a violée», écrira-t-elle un peu plus tard dans son journal, selon ce livre. Et sa vie en sera à jamais changée. A 13 ans, elle va connaître la pression incessante des médias, de la police et de la justice californiennes, en dépit des efforts de sa famille pour la protéger. Elle dénonce aussi le système judiciaire californien et ceux «dont le souci de publicité dépasse le souci de justice».

Pas de haine

A 13 ans, «mon crime était d'avoir été la victime d'un viol, par une célébrité d'Hollywood». Mais pas de haine chez cette mère de trois fils, désormais majeurs. Après 42 jours de prison, puis sa libération sous caution, le cinéaste franco-polonais, qui avait plaidé coupable de «rapports sexuels illégaux», s'était enfui des Etats-Unis avant que le verdict ne soit rendu, craignant d'être lourdement condamné. Un épisode très bien raconté dans le documentaire de Marina Zenovich, Roman Polanski: Wanted and Desired.

Rattrapé par l'affaire en 2009, Roman Polanski avait été arrêté en Suisse sur la base d'un mandat international américain, puis assigné à résidence avant d'être libéré par les autorités suisses.

Le trailer du documentaire de Marina Zenovich: