L'atout «Coeurs» de Resnais

©2006 20 minutes

— 

Le dernier film d'Alain Resnais, "Coeurs", comédie à la tonalité mélancolique et onirique sur le thème de la solitude, sort mercredi sur les écrans français, après avoir remporté le Lion d'argent de la mise en scène au festival de Venise 2006.
Le dernier film d'Alain Resnais, "Coeurs", comédie à la tonalité mélancolique et onirique sur le thème de la solitude, sort mercredi sur les écrans français, après avoir remporté le Lion d'argent de la mise en scène au festival de Venise 2006. — AFP

Six personnages en quête d'âmes soeurs habitent Coeurs, le remarquable film d'Alain Resnais. Ses « fidèles » (Sabine Azéma, Pierre Arditi, André Dussollier, Lambert Wilson) et deux petites nouvelles (Isabelle Carré et Laura Morante) se croisent au fil d'une intrigue taillée au cordeau d'après une pièce d'Alan Ayckbourn, dont le réalisateur avait déjà porté à l'écran Smoking/No Smoking. La solitude est au centre de cette vaillante comédie dont l'humour féroce laisse affleurer un profond désespoir. Dans des décors artificiellement baignés par une neige immaculée, les protagonistes entremêlent leurs destins sans parvenir à se toucher.

Les performances des acteurs (épaulés par une composition vocale de Claude Rich, papy acariâtre et invisible) captent l'errance mortifère de ces coeurs en hiver, qui ne se réchauffent que lors de rencontres éphémères. Si tous sont parfaits, Sabine Azéma excelle dans la peau d'une vieille fille apparemment confite en dévotion et qui dissimule un secret polisson sous ses airs de grenouille de bénitier. La mise en scène éblouissante d'Alain Resnais, récompensée à Venise, laisse s'épanouir l'émotion au gré d'une oeuvre cruelle et drôle dont le charme glacé hante durablement en donnant à réfléchir sur la fragilité des rapports humains.

C. V.