L'Arabie Saoudite pour la première fois aux Oscars avec «Wadjda»

Alice Coffin

— 

Wadjda de Haifaa Al-Mansour.
Wadjda de Haifaa Al-Mansour. — PRETTY PICTURES

«C'est le premier film de la première femme cinéaste d'Arabie saoudite et aussi le premier long métrage tourné dans ce pays dépourvu de salles de cinéma.» écrivait 20 minutes à la sortie de Wadjda en février 2013. Ce sera aussi la première fois que l’Arabie Saoudite sera représentée à la cérémonie des Oscars, en mars 2014, dans la catégorie  «meilleur film étranger» Les cinémas sont interdits dans ce royaume où les femmes ont l'obligation d'être voilées, n'ont pas le droit de conduire et doivent être accompagnées d'un homme de leur famille pour se déplacer.

La réalisatrice communiquait par talkie-walkie avec les hommes

Dans Wadjda la réalisatrice Haifaa Al Mansour, 38 ans, filme l'histoire d'une fillette rebelle dont le rêve est d'avoir une bicyclette, brisant ainsi un tabou social dans le royaume ultraconservateur où les femmes sont privées de beaucoup de droits. Pendant le tournage la cinéaste a été contrainte de diriger les scènes d'extérieur de son film dans une voiture avec un talkie-walkie pour parler à son équipe masculine.