«No Pain, No Gain» ou quand les faits divers font rire

Caroline Vié

— 

Photo extraite du film «No Pain, No Gain».
Photo extraite du film «No Pain, No Gain». — Paramount Pictures France

Michael Bay n’a pas été le premier réalisateur à plonger dans un fait divers pour le reprendre à sa sauce. 20 Minutes a placé en garde à vue quelques petits plaisantins qui se sont amusés à rire de crimes pas vraiment rigolos au départ.

 Humour noir pour Auberge rouge

Dans L’auberge rouge (1951, Claude Autant-Lara envoie le brave curé Fernandel dans une Hostellerie macabre dont les propriétaires massacre les visiteurs pour pouvoir les détrousser. A l’origine de cette comédie noire dont le héros échappe de peu à la mort se trouve un fait divers des années 1830 qui se solda par l’exécution des coupables.

Un serial killer séducteur

Le sens de la dérision de Claude Chabrol fait des étincelles dans Landru (1963), thriller sombre autour d’un tueur de dames guillotiné en 1922. Charles Denner est épatant dans le rôle-titre tandis que l’affiche du film annonce la couleur en expliquant que cet assassin qui brûlait ses victimes aimait « les femmes au foyer ».


Landru, réalisé par Claude Chabrol en 1963 par maxens6027

Du petit au grand écran

Le trio de choc Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde a signé une fantaisie grinçante inoubliable avec C’est arrivé près de chez vous (1992). Ils se sont inspirés de l’émission «Strip-Tease» pour créer leur tueur sentencieux dont les agissements pour le moins contestables sont contrebalancés par un traitement potache bien que le rire s’étrangle parfois dans la gorge.

Des corps dans la neige

Les frères Coen ont puisé dans les journaux l’intrigue de Fargo (1996) autour d’un enlèvement qui tourne mal. Ils sont pris de grandes libertés avec la réalité pour envoyer Frances McDormand, en femme flic enceinte jusqu’aux yeux, mener l’enquêter au milieu d’un ribambelle d’escrocs si maladroit qu’ils en deviennent tordants.

Les jambes mais pas la tête

Daniel Lugo, le héros de No Pain, No Gain, n’avait pas inventé la poudre il rêvait de profiter du rêve américain. Michael Bay a brodé autour de son enlèvement d’un businessman. Si le culturiste campé par Anthony Mackie a réellement existé, l’idiot incarné par Dwayne Johnson est un composite réunissant plusieurs complices dans un seul personnage.

 

Du rire très musclé

No Pain, No Gain est un film idéal pour rire de bon cœur d’une histoire tragique. Le calvaire d’un homme d’affaires kidnappé par un trio de culturistes est traité sur le ton de l’humour très noir par Michael Bay, ordinairement connu pour ses blockbusters comme la saga Transformers et The Island. Ses acteurs parmi lesquels Ed Harris et Tony Shalhoub, l’un en détective, l’autre en victime sont pour beaucoup dans cette réussite.